Volontariat international en Bolivie - bien se préparer !

GlobAlong vous en dit plus sur la Bolivie

 

Le Climat en Afrique du Sud Fetes et jours fériés en Afrique du Sud comment s habiller en Afrique du Sud
La culture en Afrique du Sud Les coutumes en Afrique du Sud Moyens de transport en Afrique du Sud Eau potable en Afrique du Sud
Tabac et drogues en Afrique du Sud Les horaires en Afrique du Sud - heures d ouverture Moyens de paiement, argent en Afrique du Sud Prises électriques en Afrique du Sud
Pourboires en Afrique du Sud Echange culturel en Afrique du Sud Urgences en Afrique du Sud Heure, décalage horaire Afrique du Sud
Liens utiles Globalong en Afrique du Sud       

Un peu d’histoire…

Période coloniale

ecovolontariat en bolivie

La conquête espagnole a commencé en 1524 et pour des raisons pratiques, elle s’est terminée en 1533. La Bolivie que nous connaissons aujourd’hui s’appelait alors « Haut Pérou » et dépendait de l’autorité du vice-roi de Lima. Le gouvernement local était basé à Chuquisaca (Sucre). A la fin du 16e siècle, l’argent de Bolivie était devenu une importante source de revenus pour l’empire Espagnol. Les indigènes servaient d’ouvriers forcés dans les mines et dans la production de textile. Quand les autorités espagnoles ont été affaiblies par les guerres de Napoléon, la résistance aux pouvoirs coloniaux a augmenté. 

Indépendance et 19e siècle

La révolution contre les espagnols a commencé assez tôt avec une révolte à Chuquisaca en 1809, mais la Bolivie est restée espagnole jusqu’à l’arrivée des campagnes de José de San Martin et Simon Bolivar. volontariat internationalL’indépendance a été gagnée par Antonio José de Sucre en 1824 à Ayacucho. Après la déclaration d’indépendance officielle en 1825, Bolivar a créé une constitution pour une nouvelle république en 1826 qui a été nommée Bolivia. La ville de Chuquisaca a été renommée Sucre, d’après le héros révolutionnaire. Lors de l’indépendance, la Bolivie a hérité des ambitions politiques et des revendications territoriales, qui ont mené à la guerre et la défaite. Au moment de l’indépendance, la Bolivie s’étendait jusqu’à la mer, dans l’Amazonie et la plupart de la région de Chaco. 100 ans plus tard tout cela était perdu. 

La Bolivie du 20e et 21e siècle

Il y a eu plusieurs tentatives de réformes et réorganisation, mais sans succès. Les coups militaires, les règnes de dictateurs et la faillite ont mis un terme à tout changement et contraint le pays à accepter l’influence étrangère en engageant des crédits et acceptant les investissements dans les industries minières et pétrolières. Les tentatives de sortir la Bolivie de son statut de pays en voie de développement ont toutes échoué, bien que la deuxième guerre mondiale ait légèrement amélioré la situation économique du pays grâce à la demande croissante d’étain et de wolframite.

Le pouvoir des travailleurs et des indigènes a augmenté sans cesse et les manifestations anti-gouvernementales, les grèves et les soulèvements locaux ont destitué plusieurs présidents. Enfin, en 2005, les élections ont conduit à la victoire du leader de l’opposition Evo Morales et son Mouvement Vers le Socialisme (MAS). Morales est devenu le premier président d’origine indigène.

En mai 2006, Morales a nationalisé les industries de gaz naturel et de pétrole, ce qui a beaucoup inquiété les pays voisins : l’Argentine et le Brésil. 

stage en bolivie

Les deux pays ont soutenu sa présidence mais ils étaient également les principaux investisseurs et consommateurs de gaz et de pétrole boliviens. Après de nombreuses protestations et discussions, la nationalisation n’est pas encore instaurée.

En attendant, en juin 2006, le gouvernement a commencé un programme de redistribution des terres, non sans résistance de la part des propriétaires terrestres dans l’est du pays, même s’il s’agissait uniquement des terres du gouvernement dans un premier temps. D’autres projets ont été annoncés, tels que le contrôle des télécommunications, de l’électricité et des voies ferrées. Morales a également créé une relation proche avec le président du Venezuela, Hugo Chavez, avec qui, il partage sa vision de l’avenir. Hugo Chavez a proposé d’aider le gouvernement de Morales financièrement et militairement.

Le parti politique de Morales, MAS a gagné une majorité de sièges à l’assemblée constitutionnelle en juillet 2006, mais pas la majorité absolue (trois-quarts) nécessaire pour changer la constitution. 

service de volontariat

Le gouvernement de Morales devait en même temps gérer les grèves et blocages de leurs opposants politiques et des électeurs déçus. En janvier 2007, des manifestations violentes ont eu lieu à Cochabamba contre le gouverneur qui avait dénoncé Morales et ont conduit à des clashs entre les supporteurs des deux hommes. En 2007, le gouvernement a annoncé vouloir étendre la nationalisation à l’industrie minière et des télécommunications. L’avenir de la Bolivie est toujours fragile, même si le pays est stable aujourd’hui.

Le climat

Le climat et le temps sont très variables en fonction des régions en Bolivie. En général, on compte deux saisons, la saison des pluies et la saison sèche. Les températures dépendent essentiellement de l’altitude.

Dans les plaines (basses terres) :

Dans l’est du pays, le climat est généralement très chaud et humide avec des pluies fréquentes entre août et mai. Décembre et janvier sont les mois les plus chauds et humides de l’année. Les nuits sont chaudes également mais une brise apporte un parfum presque fruité depuis la jungle.

Entre mai et juin des vents puissants et froids viennent depuis l’Argentine et apportent un temps froid dans ce pays qui est pourtant tropical. Appelés « sures » ou « surazos » par la population locale, ces vents causent des baisses de températures soudaines, souvent accompagnées de pluie, pendant la nuit.

Les vallées centrales :

Dans les vallées centrales le climat est tempéré. Les températures sont agréables pendant la journée mais il peut faire très froid la nuit, parfois les températures avoisinent les 0°c. Cette région, bien que située en altitude (en moyenne entre 1200-1500 mètres) est également assez humide. Les vallées sont des terres fertiles et couvertes de forêts épaisses.

Si vous souhaitez voyager avant votre période de bénévolat : près du lac Titicaca les températures sont agréables pendant la journée, mais vous devrez apporter un pull ou gilet pour la fin d’après-midi et les soirées. A cause de l’altitude, le soleil est assez fort, pensez à vous protéger avec une crème solaire pendant la journée.

Sur l’Altiplano, les vents sont très froids et nous vous conseillons d’apporter de la crème solaire, une crème hydratante ainsi qu’un baume pour les lèvres afin de vous protéger contre le soleil et les vents.

Saisons inversées :

En tant que voyageur de l’hémisphère nord, veuillez noter que la Bolivie se situe sur l’hémisphère sud et que les saisons sont inversées. Les mois les plus chaud sont entre novembre et février et les mois les plus froids sont entre avril et juin. 

Comment s’habiller ?

A part les vêtements qui pourraient être qualifiés de provoquants, qui ne sont pas acceptés, les boliviens s’habillent de manière très détendue, sauf pour les occasions spéciales.

Les hauts à manches courtes sont acceptés, mais les minijupes, les shorts ou les hauts courts ne sont pas acceptables (ne montrez pas votre ventre ni vos épaules pendant vos heures de bénévolat).

En fonction de la période à laquelle vous partez, prenez des vêtements plus ou moins chauds.

Fêtes et jours fériés en Bolivie

  • - 1er Janvier 2018: Nouvel an
  • - 22 Janvier 2018: Jour de la constitution
  • - Du 27 au 28 Février 2018: Carnaval
  • - 14 Avril 2018: Vendredi saint
  • - 1er Mai 2018: Fête du travail
  • - 25 Mai 2018: Fête "Primer Grito libertario"
  • mission humanitaire en bolivie- 15 Juin 2018: Corpus Christi
  • - 21 Juin 2018: Nouvel an Andine
  • - 06 Août 2018: Fête de l’indépendance
  • - 02 Novembre 2018: Commémoration des défunts
  • - 25 Décembre 2018: Noël

La culture

En tant qu’étranger en Bolivie, votre entourage vous quémandera souvent des cadeaux ou de l’argent. 

bénévole en amérique du sud

Ne laisser pas leur demande affecter l’amitié que vous leur portez. Ils tentent juste leur chance avec quelqu’un qu’ils considèrent comme plus riche qu’eux.

Traditions culturelles

La culture bolivienne est influencée par les cultures Quechua et Aymara ainsi que celles des pays voisins.

Les espagnols ont amené leurs traditions religieuses, mais les indigènes et les métisses ont créé leurs propres traditions notamment dans l’architecture connue sous le nom « Mestizo Baroque ».

La Bolivie a un folklore très riche. La musique traditionnelle est distincte et variée. Les « danseurs du diable » au carnaval annuel d’Oruro sont une attraction folklorique connue dans toute l’Amérique du Sud. Ce carnaval fait partie de l’héritage culturel de UNESCO.

Le sport le plus important est le foot. Vous verrez des enfants et adultes jouer au foot et au baby-foot partout dans les rues et dans les bars.

La Langue

L’espagnol est la langue officielle de la Bolivie. Cependant, il existe 39 autres langues vivantes, parlées par les peuples des différentes régions. 

La religion

La plupart des boliviens sont de confession catholiques (religion officielle du pays), bien que les dénominations protestantes augmentent.

L’art

Voyager autrement en bolivie avec globalong

Les influences indigènes et européennes ont créé une culture artistique développée en Bolivie, notamment dans la peinture, la sculpture, la musique et les danses traditionnelles. Vous pourrez découvrir ces arts dans les nombreux théâtres et galeries d’art dans des g

randes villes.

Les bijoux en or et argent avec des décorations précolombiennes sont fabriqués dans le pays depuis des siècles. Les marchés locaux regorgent de tissus et sculptures en bois.

La cuisine

La cuisine bolivienne correspond au climat froid de l’Altiplano ; elle est très pimentée. Vous pouvez demander les plats « medio picante » ou « poco picante » si vous n’aimez pas trop les piments. Dans l’Altiplano, les plats sont à base de protéines et carbohydrates comme les pommes de terre, la viande ou la truite du lac Titicaca. Dans les plaines les plats sont plutôt à base de poissons, légumes et fruits.

En plus du café ou thé traditionnel, vous pourrez savourer le maté de coca, un thé à base de feuilles coca, qui vous aidera à vous habituer à l’altitude ou l’api, un thé de petit déjeuner fait de maïs, citron, clous de girofle et cannelle. Vous trouverez facilement des boissons imp

ortées ou des licuados, des jus de fruits frais à base d’eau ou de lait.

Les vins boliviens ne sont pas mauvais, mais incomparables aux vins argentins ou chiliens.

Repas bénévole en bolivie

Voici une liste de spécialités à tester pendant votre séjour :

  • - Chairo : soupe d’agneau avec pommes de terre, légumes, chunos et aji (piment)
  • - Carne de sol : viande salée grillée avec haricots, riz et légumes
  • - Chuno ou Tunta : pommes de terres séchées par le froid.
  • - Empanadas : friands au fromage
  • - Pukacapas : friands pimentés au fromage
  • - Saltenas : friands de viande et légumes (petit-déjeuner)
  • - Tucumana : Saltena avec un peu plus de jus
  • - Humitas : à base de maïs, cuit dans des feuilles de maïs
  • - Llajua et halpahuaycas : sauces pimentées
  • - Pacumuta : morceaux de bœuf
  • - Pique a lo macho : bœuf émincé avec oignions et légumes
  • association globalong en amérique du sud- Sajta de pollo : poulet dans une sauce épicée avec chunos et légumes
  • - Saice : soupe de viande épicée
  • - Sampancho : bœuf comme une escalope

Coutume

Cette partie du guide est très importante. N’essayez pas de tout apprendre par cœur, mais notez les différences culturelles qui vous intriguent le plus et gardez à l’esprit que vous allez intégrer une culture différente de la vôtre.

Mission humanitaire en bolivieL’espace personnel n’est pas forcément le même pour les boliviens que pour vous. Les gens vont souvent se placer très près de vous et penseront que vous ne les aimez pas ou que vous avez été offensé si vous reculez subitement. Les amis peuvent se serrer dans les bras ou se taper sur l’épaule quand ils se voient. Les femmes se font habituellement la bise.

Coutumes de la vie bolivienne:

  • - La poignée de main est la salutation la plus commune.
  • - Il est normal de se regarder dans les yeux.
  • - Quand vous dîtes bonjour, essayez d’adopter la bonne formule : « buenos dias » le matin, « buenas tardes » l’après-midi ou « buenas noches » le soir.volontaire en mission en amérique du sud
  • - Les boliviens portent leur nom de famille maternel et paternel. Le nom paternel est cité en premier. Quand une femme se marie elle garde le nom paternel, ajoute un « de » puis le nom de son époux. Si Jennifer Maria Lopez se marie avec Manuel Sebastien Costa, elle s’appellera Jennifer Maria de Costa.
  • - Les boliviens sont assez tactiles. Pendant qu’ils vous parlent, il n’est pas rare qu’ils vous fassent une petite tape dans le dos, qu’ils touchent votre bras ou qu’ils s’approchent de vous.
  • - Les boliviens parlent assez doucement, et apprécient un niveau assez stable de conversation. Bénévole en bolivei Quand vous êtes dans un lieu public, dans un bus, dans un restaurant etc. essayez de faire attention au niveau sonore autour de vous pour savoir si vous ne parlez pas trop fort.

Attention à votre posture. Etre assis dans une position affalée est considéré impoli. Pour les femmes, être assise avec les jambes écartées est très mal vu.

Peu importe le mois de l’année de votre voyage, pensez toujours à amener un haut à manches longues et un pantalon, un K-way, des chaussures de marche et des chaussettes épaisses.

Desert en bolivie globalong

Si vous souhaitez visiter des sites religieux, vous devez pouvoir couvrir vos bras et vos jambes. Dans la région des Andes, les gens s’habillent de façon assez conservative. Les vêtements « à la mode » (jeans troués etc.) sont très mal vus. Ne portez jamais de vêtements troués, chiffonnés ou sales en public. 

Il n’est pas interdit de fumer à l’intérieur en Bolivie et il n’est pas rare de fumer dans les restaurants, bars, discothèques et autres lieux publics. Ne demandez pas aux gens d’arrêter de fumer, vous les offenserez. Si vous fumez, ne fumez pas dans la maison à moins que votre famille d’accueil le fasse aussi et pensez à offrir des cigarettes aux autres, car c’est impoli de fumer sans inviter les autres à vous joindre.

Il est très impoli de fixer du regard, et encore plus de pointer du doigt. Si vous voulez désigner quelqu’un ou quelque chose, essayez de pointer en faisant un mouvement avec votre tête.

volontariat international en bolivie

Dans beaucoup de régions de la Bolivie, les femmes sont considérées inférieures aux hommes. C’est surtout le cas dans les Andes. Les femmes apprécient généralement le côté chevaleresque qu’apporte le machisme. Les hommes sont généralement très courtois et protégeront toujours les femmes.

Il est coutume pour les hommes d’ouvrir les portes pour les femmes ou d’aider à porter leurs sacs. Mais... si un homme abuse verbalement ou physiquement d’une femme ou de sa compagne en votre présence vous ne pouvez pas intervenir. Il est très mal vu de se mêler de la vie privée d’autrui. Si vous prenez la défense de la femme en question, elle pourra ELLE MEME se fâcher contre vous.

Nous ne vous demandons pas d’aimer ni d’être d’accord avec les coutumes boliviennes, mais de les respecter. Vous pouvez exprimer votre opinion sur certains sujets avec vos amis, mais essayez de ne pas trop critiquer ouvertement. Posez plutôt des questions au lieu de juger, cela montrera votre intérêt pour la société. La plupart des gens seront très heureux de vous expliquer les différences culturelles.

voyage solidaire en bolivieCoutumes en tant qu’invité

La gratitude des invités est une qualité très appréciée par les hôtes. Quand vous êtes invité chez quelqu’un, pensez à remercier vos hôtes à plusieurs reprises. Les familles de classe moyenne et supérieure ont souvent une employée de maison, une jeune fille ou femme qui vit dans la maison et qui aide avec les tâches domestiques. Cependant, vos hôtes seront ravis si vous proposez d’aider à débarrasser la table par exemple.

Comment être poli ?

En Bolivie il y a une grande différence entre « usted » (vous) et « tu/vos » (tu). Quand vous vous adressez à une personne que vous ne connaissez pas ou une personne plus âgée que vous, utilisez le « usted », c’est plus poli et plus formel. Vous pouvez dire « vos » à vos amis. Utilisez toujours « Don » ou « Dona » pour vous adresser à une personne plus âgée. volontaire de srvice internationalPar exemple, appelez le père de votre ami Don Alberto, pas seulement Alberto !

 Coutumes de table

  • - La ponctualité n’est pas le point for des boliviens. Ils peuvent arriver entre 20 à 30 minutes de retard.
  • - Les invités sont servis en premier
  • - Il est considéré poli de refuser gentiment le plat au début et d’attendre que l’hôte insiste
  • - Ne mangez pas avec vos doigts. 
  • stage en amérique latineLes boliviens utilisent des couverts pour manger tous les plats, sauf les sandwichs. Même les fruits, pizzas etc. sont coupés avec les couverts. Utilisez la fourchette dans votre main faible et coupez avec la main forte (celle avec laquelle vous écrivez). Ne posez pas votre couteau pour changer votre fourchette de main.
  • - Faites attention de ne pas roter, vous moucher ou faire du bruit en mangeant. N’utilisez jamais votre serviette pour essuyer autre chose que votre bouche, selon les coutumes, vous devriez avoir un mouchoir pour cela. Gardez votre serviette sur les genoux pendant le repas. 
  • association globalongQuand une personne vous demande de lui passer quelque chose sur la table, ne lui donnez pas directement, mais posez le sur la table à côté de lui. Il ne s’agit pas seulement de la politesse à table, mais beaucoup de boliviens sont superstitieux et pensent que si vous passez un objet à une personne directement, cela portera malheur. Ne vous levez jamais pendant le repas pour attraper quelque chose à l’autre bout de la table.
  • - Pendant les repas, vos mains devraient être visibles tout le temps. Quand vous ne mangez pas, gardez les mains sur la table, pas sur les genoux ou sous la table. Ne vous appuyez pas  avec vos coudes sur la table. C’est la base des coutumes à table et vos hôtes seraient offensés si vous ne les respectez pas.
  • - Ne dites jamais « ce n’est pas bon » ou « je n’aime pas ça ». 
  • bénévolat en bolivie
  • Ne faites jamais de grimasse ou de commentaires désagréables en goûtant un plat. Si vous n’aimez pas, laissez simplement votre assiette sans faire de commentaires.
  • - Si vous buvez du vin au restaurant, attendez que le serveur vous serve, même si la bouteille est sur votre table. Encore une fois, cela n’est pas une question de politesse, mais de superstition.
  • - La plupart du temps, les assiettes sont remplies dans la cuisine. 
  • volontaire en bolivieIl est très rare de poser un plat sur la table et que chacun se serve. L’on s’attend à ce que vous terminiez votre assiette, ce qui peut parfois être difficile. Si vous n’arrivez pas à terminer, dites simplement que vous êtes rassasié parce que le repas était délicieux !
  • - Un repas contient généralement plusieurs plats. Parfois on commence avec des petites mises en bouche avant la soupe, la salade, le plat de résistance et le dessert. Attention de ne pas faire trop de compliments, c’est un signe que vous souhaitez être resservi ! Attendez la fin du dîner pour complimenter vos hôtes.
  • volontaire internatinaux en bolivie- Il est impoli de demander quelque chose à boire ou à manger chez les autres, et vous ne devez pas vous servir vous même dans les placards ou le réfrigérateur. Si vous avez des invités, pensez à leur offrir à boire ou à manger. Ils préfèreraient mourir de soif plutôt que de demander un verre d’eau (sauf les amis proches, qui seront moins timides).

Comment bien s’entendre avec les boliviens?

Les boliviens sont accueillants et chaleureux, ils acceptent facilement les étrangers. Cependant, vous pouvez, avec ces quelques conseils, vous intégrer plus facilement.

Afin de vous entendre avec les boliviens…

… Ne leur dites pas comment gérer leur pays !

apprendre l'espagnol en Bolivie

Bien que tous les boliviens ne soient pas politiquement engagés, ils sont très fiers de leur indépendance qu’ils ont acquise très tôt par rapport à d’autres pays d’Amérique Latine. Afin d’éviter les problèmes ou situations embarrassantes, évitez de discuter de politique en public et ne participez pas à d’éventuelles manifestations. Ils se sont battus pour obtenir l’indépendance et ils ont le droit de gérer leur pays comme bon leur semble !

… Ne vous énervez pas !

Si vous vous énervez, vous perdrez la face, et le respect de l’autre ! N’oubliez pas que vous n’êtes pas chez vous et qu’ils sont chez eux. Se plaindre de façon agressive résultera le plus souvent par de l’indifférence de la part de votre interlocuteur.

… réfléchissez avant de vous plaindre

Globalong association

 

Si un bolivien commet une erreur – avec le repas que vous avez commandé (par exemple), n’oubliez pas que si vous demandez à être remboursé ou si vous refusez de payer, c’est l’employé qui sera directement sanctionné. 

Réfléchissez toujours aux conséquences de vos actes, le plus souvent il s’agit de quelques euros pour vous, mais cela représente peut-être une semaine de salaire pour l’employé.

ET SURTOUT, LE PLUS IMPORTANT :

... souriez et riez autant que possible !

La bonne humeur est le premier pas pour résoudre d’éventuels problèmes. 

Gardez cela à l’esprit avant de vous énerver !

Le transport

Les trains

Le réseau ferré bolivien marche plutôt bien, mais il est réduit à peau de chagrin. Ferroviaria Andina dessert l’itinéraire Oruro-Uyuni-Tupiza 4 fois par semaine avec les trains Expreso del Sur (le plus rapide) et Wara-Wara, ainsi que la ligne Uyuni-Avaroa (frontière chilienne) 2 fois par semaine.

Ajoutons deux lignes locales dans la haute vallée de Cochabamba et une autre entre Sucre et Potosí (3 trains par semaine).

bénévolat à l'étranger- Globalong

Plus à l’est, Ferroviaria Oriental relie Santa Cruz à Yacuiba (frontière avec l’Argentine) et à Quijarro (frontière brésilienne). Cette dernière ligne s’est vu affublée du surnom charmant de « train de la mort » - en souvenir des nombreux ouvriers morts durant sa construction.

Globalement lents et souvent encombrés, les trains sont d’assez bonne qualité et peuvent être préférables au bus. Détail : toutes ces lignes n’ont qu’une seule voie !

Les tarifs sont à peu près équivalents à ceux du bus... si vous voyagez en 2e ou 3e classe. Sur certaines liaisons, il est donc plus intéressant de prendre le train (moins d’aléas, plus de confort).

Sur l’Expreso del Sur et le Wara-Wara (Oruro-Uyuni-Tupiza), on choisit entre les classes ejecutivo, salón et popular. La première peut se réserver un mois à l’avance, la seconde une semaine avant, la troisième seulement la veille, dans n’importe quel guichet de la compagnie (pas encore sur Internet).apprendre l'espagnol rapidement globalong

Pour la 3e classe, les billets sont vendus à la gare seulement, la veille ou le jour même du départ. Les guichets ouvrent vers 7-8h selon les gares, mais la queue se forme dès l’aube. Il vous faudra donc vous armer de beaucoup de patience ou bien passer par une agence de voyages qui peut réserver au préalable moyennant une commission. Sur les trajets très demandés, les revendeurs des fausses agences font leur apparition... Pour les départs de nuit (Uyuni), les guichets ouvrent 1h avant.

Attention, il peut faire froid dans les trains de l’Altiplano, surtout en juillet et août ! Prévoyez un duvet ou une couverture, sous peine d’arriver tel un glaçon à destination.

Le bus

Les bus sont nombreux et bon marché, à défaut d’être particulièrement rapides et sûrs !ecovolontariat international Les gros titres font régulièrement état d’accidents dû au mauvais état de certains véhicules ou des routes, aux intempéries, au manque d’attention des chauffeurs, à leur état de fatigue ou... d’ébriété. Les pannes ne sont pas rares non plus.

Autant certaines compagnies disposent de bus récents et confortables (avec AC, chauffage et toilettes à bord), autant d’autres roulent-elles dans des quasi-épaves !

Renseignez-vous bien sur les flotas les plus modernes et sûres du lieu. Les rachats sont courants et les changements de nom aussi (sans compter les compagnies qui portent presque le même nom). Essayez, si possible, de jeter un coup d’œil au bus avant de payer votre place...

Outre les pannes, les imprévus sont multiples :

volontarit international solidaire globalong

 barrages « citoyens » imprévus, grèves, travaux, changements d’horaires, etc. Pendant la saison des pluies, certaines liaisons (surtout dans les parties basses du pays) sont rendues très difficiles (voire impossibles) à cause des inondations. Prévoyez très large si vous avez un avion à prendre !

En règle générale, sur les longs trajets, les départs des différentes compagnies sont groupés en fin d’après-midi ou le soir, et le voyage se fait de nuit pour arriver au matin.

La concurrence est si rude que les vendeurs de chaque compagnie se ruent aux abords du terminal pour vous vendre un billet dans le prétendu prochain bus prêt à partir. Mais en fait, une ou deux autres flotas risquent de partir avant... Ne vous précipitez pas et comparez les horaires.

Les tarifs sont pour la plupart réglementés et affichés dans les gares routières. Les compagnies appliquent donc toutes à peu près les mêmes, alors qu’elles n’offrent pas toutes le même niveau de confort ni de sécurité. Les prix dépendent aussi naturellement de la classe de réservation.

Tout en bas de l’échelle, les bus « standard » auront vite fait de vous user les reins sur les longs trajets. Pour espérer dormir un peu, mieux vaut privilégier les « semi-cama » ou « cama », ces derniers étant pourvus de sièges fortement inclinables. On parle aussi parfois de semi-leito et leito, comme au Brésil. Attention, ils sont en général deux fois plus chers que les bus ordinaires, mais l’investissement peut en valoir la peine. Il existe même quelques bus « suite » avec couchettes intégrales.

Toutes les compagnies vous diront que leurs véhicules sont chauffés pendant les trajets de nuit.

Avant le départ, dans tous les terminaux, une taxe de 1,50 à 3 Bs est imposée pour accéder aux quais.

Les micros et minibus

Il convient de différencier le bus du micro et du minibus (combi). Là où le premier dispose d’une cinquantaine de places, le second (pas si micro que ça) n’en a généralement qu’une grosse trentaine et le troisième une quinzaine (mais en poussant un peu...). Les micros, souvent vieillots et poussifs, circulent surtout en ville et sur les courtes distances.

Les minibus, en revanche, offrent une option intéressante sur les trajets de longueur intermédiaire (quelques heures). Ils se révèlent généralement plus rapides - mais pas forcément plus sûrs. Les bagages voyagent toujours sur le toit. Après un long trajet par les pistes, vous risquez fortement de récupérer vos affaires teintées d’ocre rouge.

apprendre une langue étrangére avec globalong

Ajoutez à cela les fenêtres qui ne ferment plus et les pneus usés par les pierres affûtées des caminos de ripio... l’aventure, quoi !

Bref, le minibus ce n’est pas le grand confort mais le moyen de transport idéal pour rencontrer les locaux. Assis les uns sur les autres, on discute plus facilement...

Le camion

Encore moins cher que les autres moyens de transport, le camion prend généralement le relais là où les bus s’arrêtent. C’est sûrement la façon la plus typique, mais aussi la plus inconfortable et la plus lente de voyager ! En montagne, les camions ne dépassent souvent pas les 20, voire 10 km/h...

Source : Le routard

Eau

L'eau n'est pas potable de partout en Bolivie. Même dans les régions qui bénéficient d'un réseau d'adduction (généralement les grandes villes), le service n'est pas assuré en continu. Privilégiez l'eau en bouteille. Des eaux minérales bon marché sont disponibles pratiquement partout si vous souhaitez en acheter en plus.

Source : Le routard

Tabac, drogues et alcool

Pendant la durée du volontariat et dans votre logement d’accueil il est strictement interdit de fumer, consommer de l’alcool ou des drogues.

Horaires d’ouverture

Les jours et horaires d'ouverture sont très variables d'un lieu à l'autre en Bolivie.

Les administrations sont généralement ouvertes du lundi au vendredi de 8 h 30 à 12 h et de 14 h 30 à 18 h 30.

Les banques ouvrent de 8 h 30 à 11 h 30 et de 14 h 30 à 17 h 30.

Les commerces sont ouverts du lundi au vendredi de 9 h à 13 h et de 15 h à 19 h, et le samedi de 10 h à 13 h.

Argent, banques, change

La monnaie nationale est le boliviano, indiqué par l'abréviation Bs, parfois encore appelé peso (son ancien nom).

Attention aux vieux billets recollés qu'on vous refilera parfois : ils sont valables, mais à condition que le numéro de série soit le même à droite et à gauche du billet.

Début 2018, 1 € valait environ 8,1 Bs (Boliviano Bolivien)

Il n’y a aucun problème pour changer des dollars, voire des euros, soit dans les banques, soit dans les casas de cambio (bureaux de change), qu’on trouve un peu partout. Dans les zones moins touristiques, l’euro reste un peu plus difficile à changer et bénéficie donc souvent de moins bons taux (jusqu’à - 10 %).

De plus, la plupart des hôtels moyen et haut de gamme et agences de voyages acceptent les dollars pour le paiement de leurs prestations.

Beaucoup de casas de cambio sont ouvertes tous les jours alors que les banques, elles, ne sont généralement ouvertes que du lundi au vendredi de 8h-9h à 12h-13h et de 14h-15h à 17h-18h, ainsi que le samedi matin.

Cartes de paiement

Ne comptez pas trop sur les cartes de paiement pour payer vos dépenses courantes, vous ne pourrez les utiliser que dans certains hôtels, restaurants ou boutiques chics des grandes villes, ainsi que dans certaines agences de voyages/tour-opérateurs.

En revanche, vous trouverez dans la plupart des villes des distributeurs automatiques de billets (cajeros automáticos) acceptant les cartes Visa, MasterCard et Cirrus.

Attention : la machine délivre d’abord les billets et ne rend la carte de paiement qu’ensuite.

Source : Le routard

Electricité

L’électricité en Bolivie est 230V ; 50Hz.

Voici le type de prises acceptées :

Certaines prises peuvent nécessiter un adaptateur que vous pourrez soit acheter à l’aéroport soit en ville.

Pourboires

Donner un pourboire en Bolivie est conseillé en ce qui concerne les chauffeurs de taxis, restaurateurs/serveurs ainsi que les guides. Ils permettent aux gens de compenser pour leur salaire bas, mais ne vous sentez pas obligé de laisser des pourboires, cela reste un moyen de récompenser un bon service.

Echange culturel

Afin de comprendre la différence culturelle et de vous présenter à vos hôtes, vous pouvez amener avec vous quelque chose de représentatif de votre pays. Une carte, un CD avec l’hymne nationale, des habits traditionnels de votre région, des jeux, des photos.

Vous pouvez aussi apporter des recettes et faire découvrir votre cuisine – à condition de trouver les bons ingrédients sur place. Faites découvrir des herbes aromatiques locales ou une boisson méconnue à l’étranger…

Si vous participez à une mission avec des enfants, vous pouvez apporter des cahiers de coloriage représentant des monuments connus de chez vous ou des CDs avec des chansons pour enfants… Laissez-vous guider par votre imagination mais sans surcharger vos bagages !

Hôpitaux et numéros d’urgence :

Hôpital à Sucre

Hospital San Rafael

200 metros norte de la estación Shell que se encuentra en La Tropicana. (200 mètres au nord de la station d’essence Shell, qui se trouve dans La Tropicana)

Ouvert 24/24

Téléphone: 2443 4042

Numéro des urgences: 2436 1000

Ils s’occupent des accidents et d’autres urgences.

Pour la prévention et les maladies non urgentes, il y a des cliniques EBAIS (Equipo Basicos para la Atencion Integral de la Salud) dans chaque quartier. Il y a toujours un médecin, une infirmière, un assistant social, un pharmacien, une secrétaire et une personne pour la maintenance dans chaque clinique. Les cliniques sont ouvertes de 7h à 16h.

Autres numéros d’urgence :

Police nationale : 117
Pompiers : 118
Urgences générales : 911

Décalage horaire

GMT - 4h00. Lorsqu’il est 12h en France, il est 7h en Bolivie en hiver et 6h en été.

 

Comment partir en Bolivie avec Globalong?  

 

Séjour linguistique en Bolivie

 

En savoir plus sur Globalong

 

Séjour linguistique et mission de bénévolat en Bolivie

 

Charte du volontaire international - Globalong

 

Témoignages Globalong

 

Le Service Volontaire International - Globalong

 

 

L association Globalong

 

  Revenir à la page d'accueil   

 

 

Accueil