Volontariat international au Kenya - bien se préparer !

En savoir plus sur le Kenya avec GlobAlong

       Le Climat en Afrique du Sud Fetes et jours fériés en Afrique du Sud comment s habiller en Afrique du Sud
La culture en Afrique du Sud Les coutumes en Afrique du Sud Moyens de transport en Afrique du Sud Tabac et drogues en Afrique du Sud
Les horaires en Afrique du Sud - heures d ouverture Moyens de paiement, argent en Afrique du Sud Prises électriques en Afrique du Sud Pourboires en Afrique du Sud
Echange culturel en Afrique du Sud Urgences en Afrique du Sud Heure, décalage horaire Afrique du Sud Liens utiles Globalong en Afrique du Sud
 

L'histoire du Kenya 

Le système Harambee (devise nationale : Travaillons ensemble)

L'économie kenyane n'a pas connu de rupture trop traumatisante lors de l'accession du pays à l'indépendance. De nombreux britanniques choisirent de rester et aujourd'hui encore, ils sont (ou leurs descendants) à la tête des plus grandes exploitations agricoles du pays. Il occupe d’ailleurs encore près de 75 % de la main-d’œuvre et compte pour près d’un quart du PIB et pour la moitié environ des revenus tirés des exportations.

Au lendemain de l’indépendance, confronté au manque de ressources financières, le premier président, Jomo Kenyatta, remit au goût du jour une forme astucieuse de coopération et d'entraide : le système Harambee (« En avant »). Dans les campagnes, la généralisation du système de tontine permit la réalisation d'écoles, de projets d'irrigation et d'installations agricoles. Le partenariat s'étendit même aux capitaux étrangers.

Le tourisme au secours de l'agriculture

La fluctuation des cours mondiaux du thé et du café provoqua des faillites en série. Le mécontentement qui s'ensuivit aboutit aux émeutes de 1989 et 1990. Les sécheresses successives engendrèrent des situations de disette dans le nord et l'ouest du pays.

Fort heureusement, le développement du tourisme, avec les modes nouvelles du safari, permit alors au Kenya de se hisser au premier rang du tourisme africain. Le tourisme remplaça même l’agriculture comme première source de devises à la fin des années 1970, avant d’amorcer une baisse significative.

Les années 2000 virent un net redressement, mais le lourd climat politique, puis les attentats et enlèvements survenus en 2011-2013, ont à nouveau fortement affecté le secteur. Résultat : la Tanzanie a quasiment rattrapé le Kenya dans ce domaine, tandis que de plus en plus de voyageurs partent vers l’Afrique australe.

L’agriculture, en particulier l’horticulture, qui a retrouvé des couleurs, se révèle finalement un secteur plus solide car peu soumis aux aléas (géo)politiques.

Le défi démographique et social

La population a triplé en 30 ans. Si le taux de croissance affiche un niveau élevé (autour de 5,5 à 6 %), le Kenya reste un pays pauvre où, selon la Banque Mondiale, 46 % de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Toutefois, le PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat (estimé à environ 1 900 $ en 2014) est le plus élevé d’Afrique de l’Est. L’économie kenyane possède un réel potentiel : c’est également le pays le plus industrialisé de la région, son agriculture est performante et sa main-d’œuvre très bon marché, ce qui est censé attirer les investisseurs.

Enfin, le Kenya possède une petite classe moyenne assez bien formée.

Un tableau contrasté

Aujourd’hui, les perspectives de l’économie kenyane dépendent beaucoup de la stabilité politique. Si, les bonnes années, le pays accueille plus d’un million de touristes étrangers, les mauvaises années, comme en 2014, les statistiques sont plus difficiles à trouver...

Quant à la lutte anticorruption, l’une des promesses faites aux bailleurs de fonds internationaux, les résultats tardent à venir malgré les changements successifs de chefs d’État. Les performances économiques du pays ont été affectées par la grave crise politique de 2008, à laquelle a succédé la crise économique mondiale... Sans surprise, la dette du pays a fortement augmenté ces dernières années.

La découverte du pétrole dans la région du Turkana en 2012, a immédiatement aiguisé de nouveaux appétits. Il faudra toutefois attendre encore un peu de temps avant qu’il puisse être exploité.

On fonde aussi quelques espoirs sur le marché commun de l’EAC (East African Community), qui doit permettre la libre circulation de la main-d’œuvre, des marchandises et des capitaux dans cinq pays : le Burundi, le Rwanda, l’Ouganda, la Tanzanie et le Kenya. Le 1er juillet 2010 a été officiellement lancé le protocole qui doit déboucher sur le marché commun d’Afrique de l’Est. Pour la monnaie commune, l’East African Shilling, il faudra sans doute attendre le début des années 2020.

Droits de l'homme

L’engagement du Kenya en Somalie contre les al-shebabs (groupes islamistes affiliés à al-Qaida) a provoqué un retour de flamme, et de nombreux attentats ont eu lieu, notamment sur la côte touristique kenyane, dans la région de Mombasa.

En réponse, le gouvernement a annoncé la dissolution de près de 500 ONG soupçonnées d’être des paravents pour les terroristes, et annoncé l’adoption d’une loi antiterroriste, annulée par la Haute Cour, qui la jugeait trop liberticide.

Mais de nouvelles mesures sont en préparation, et le ministre de l’Intérieur a d’ores et déjà annoncé un projet visant à créer un mur à la frontière avec la Somalie. Un projet contesté lui aussi - les terroristes ne viendraient pas forcément de Somalie, et seraient directement recrutés au Kenya -, qui montre néanmoins la préoccupation croissante du gouvernement vis-à-vis de ces agressions récurrentes.

Côté somalien, mais également lors d’opérations antiterroristes dans le Nord, les soldats kenyans sont par ailleurs accusés de graves atteintes aux droits des populations civiles, surtout des réfugiés.

La société continue également d’être rongée par la corruption et la violence. Le gouvernement est accusé par certains groupes ethniques, comme les Masaï, de détourner les revenus issus du tourisme, ce qui a pu provoquer récemment des heurts violents avec les forces de l’ordre. De nombreux affrontements entre tribus, souvent associées à des groupes politiques, continuent sporadiquement de faire des morts et des déplacés, particulièrement pendant les périodes pré-électorales.

Un temps poursuivi par la Cour pénale internationale pour des exactions commise lors des élections de fin 2007, l’actuel président Kenyatta a vu son procès arrêté, faute de preuves, mais celui de son vice-président, William Ruto, est toujours en cours. La Cour de La Haye dénonce régulièrement les menaces et pressions auxquelles sont soumis les témoins dans ce dossier.

L’impunité des forces de l’ordre, qui se livrent toujours à de nombreuses exactions (exécutions extrajudiciaires, torture, etc.), continue en outre d’être la règle. En réponse à la violence des gangs, qui terrorisent les populations dans les bidonvilles de Nairobi, elles se rendent coupables de nombreuses bavures, sans être poursuivies.

De nouvelles mesures renforcent par ailleurs encore le contrôle sur les ONG par la police.

Les violences domestiques demeurent nombreuses, et les associations regrettent le fait que les femmes n’aient pas ou peu accès à la justice.

Elles dénoncent également régulièrement les conditions de travail dans l’industrie horticole kenyane, une des principales ressources du pays.

Enfin, l’Unesco a récemment dénoncé le projet de barrage éthiopien Gibbe III, sur le fleuve Omo, qui risque d’affecter près d’un demi-million de riverains autochtones, tant du côté éthiopien que kenyan, et a recommandé l’inscription du lac Turkana sur la liste du Patrimoine mondial en danger.

Le climat au Kenya

Le Kenya est traversé par l'Equateur. Le soleil se lève toute l'année vers 6h ou 6h30 et se couche entre 18h30 et 19h. En principe, les saisons obéissent aux règles suivantes, mais, depuis El Niño, ça se dérègle (phénomène climatique qui résulte d’un réchauffement des eaux de surfaces océaniques du Pacifique. Ce réchauffement peut avoir d’importantes conséquences sur les conditions météorologiques mondiales et plus particulièrement sur le Kenya).

  • Saisons sèches : de décembre ou mi-décembre à fin mars et de fin juin à octobre environ
  • Saisons des pluies : la « grande saison des pluies » a lieu d'avril à début juin, et la « petite » en novembre, voire jusqu'à mi-décembre.

Les régions subissent les lois de l'altitude et l'alternance des vents de mousson venus de l'océan Indien.

Climat sur la côte kenyane

Le climat est tropical : l’air est chaud et humide, mais les vents de mousson tempèrent le climat toute l’année.

  • D’octobre à mars, le kaskazi souffle du nord-est. Doux et continu, cet alizé amène le calme, quelques coups de vent et de petites pluies au mois de novembre. C’est la période la plus chaude de l’année, janvier et février enregistrant les plus fortes températures. L’eau est claire. C’est la saison de la pêche et de la plongée.
  • Le vent s’inverse d’avril à septembre, c’est le kusi. Il souffle violemment du sud-est, en apportant les longues pluies qui durent généralement de (début) mai à (début) juillet. La mer est houleuse. Le limon des rivières trouble la visibilité autour des estuaires. Les mois de juillet et août ne sont pas idéaux pour les amateurs de plage.

Climat dans les Highlands

Sur les « hauts plateaux », les journées sont chaudes et ensoleillées avec un faible taux d’humidité. Les températures subissent la loi bien évidente de l’altitude. En juillet et en août, Nairobi peut connaître des ciels couverts et des nuits froides. Attention, il peut faire - 10 °C à - 15 °C au sommet du mont Kenya.

Climat dans la région du lac Victoria

Taux d’humidité élevé ! À vrai dire, il n’y a pratiquement pas de saison sèche, mais les pluies sont moins présentes en janvier et en février.

Climat dans les régions désertiques du Nord-Est

La chaleur sèche et écrasante la majeure partie de l’année est seulement interrompue par des pluies en avril et en mai.

Meilleure saison pour aller au Kenya

La haute saison touristique n'est pas toujours la « meilleure ». Tout dépend de vos objectifs.

Pour les safaris

  • Les visiteurs affluent pendant la saison sèche : toutes les pistes sont praticables, les animaux sont très visibles dans l'herbe sèche et autour des points d'eau. En conséquence, il y a du monde : les touristes débarquent de Noël à mars ainsi qu'en juillet-août. Les résidents préfèrent les mois intermédiaires de juin, septembre et octobre, plus tranquilles, avec des ciels magnifiques. Les années de grande sécheresse, les paysages sont moins beaux...
  • Moins populaire, la saison des pluies peut malgré tout être envisagée. Le principal avantage, ce sont les hébergements beaucoup moins chers. Quant aux pluies, il s'agit d'averses parfois violentes pouvant se transformer en orages spectaculaires ou alterner avec de soudaines éclaircies.

Avantages : le fond de l’air est frais, la végétation est magnifique, les lumières superbes pour les photographes, et les naissances animales dans les parcs et réserves ont généralement lieu à cette période ; enfin, il y a bien sûr moins de monde et de véhicules.

Inconvénients : les animaux sont moins visibles dans les hautes herbes et plus dispersés, car ils n’ont pas besoin de se regrouper autour des points d’eau. Moralité : c’est un choix de compromis.

Pour la côte

Pendant la saison des pluies, il faudra renoncer à certains hôtels (fermés), parfois à la plongée (eau trouble) et, plus rarement, aux excursions en boutre (quelques tempêtes).

Pour le reste, peu de changements : tout au long de l'année, la température oscille autour de 30 °C dans l'ouest et sur la côte, et de 20 à 22 °C à Nairobi. La température de l’eau ne descend pas en dessous de 24 °C. Enfin, il y a toujours 6 à 9h d’ensoleillement par jour.

Comment s’habiller au Kenya?

Plutôt de manière conservative. Bien que le code vestimentaire au Kenya soit assez détendu, vous serez plus à l’aise avec des vêtements assez classiques, surtout sur votre lieu de bénévolat et dans les bureaux.

Les hommes doivent porter des pantalons, même quand il fait chaud. Evitez les shorts, qui ne font pas bonne impression.

Les femmes doivent porter des pantalons, des jupes longues ou des robes (en dessous du genou).

Les hauts à manches courtes sont acceptés, mais les minijupes, les shorts ou les hauts courts ne sont pas acceptables (ne montrez pas votre ventre ni vos épaules pendant vos heures de bénévolat).

Les habitudes vestimentaires au Kenya varient selon les régions. Dans les régions touristiques, les vêtements occidentaux sont largement acceptés. Sur la côte la population est un peu plus conservatrice et la mode occidentale n’est pas acceptable. Nous vous conseillons d’apporter ou d’acheter sur place des vêtements appropriés si vous souhaitez vous rendre sur la côte.

Malgré la chaleur, nous vous déconseillons de porter des débardeurs, décolletés et shorts ou jupes courtes en public. La plupart des kenyans sont à l’aise dans des pantalons. Nous conseillons aux femmes de toujours porter un soutien-gorge et de ne pas se baigner seins-nus.

Selon le temps et l’humidité de l’air, le linge peut mettre 3 à 4 jours pour sécher à l’extérieur. Gardez cela à l’esprit en faisant votre valise. Les vêtements sont vite sales à cause de la poussière. Si vous le souhaitez, vous pouvez faire don de vos vêtements au personnel local ou à un projet à la fin de votre mission. Pendant la saison des pluies, vous apprécierez des vêtements qui sèchent vite.

Si vous participez à un safari, nous vous conseillons d’apporter des vêtements légers, couleur kaki, des lunettes de soleil, un chapeau, de la crème solaire et un produit anti-moustique. Le soir il peut faire assez frais. Pour un trek, il vous faudra des vêtements chauds pour la montagne, des bottes, un sac de couchage et des bâtons de marche. 

Fêtes et jours fériés 2018 au Kenya

  • 1er Janvier 2018: Nouvel an
  • 2 Janvier 2018: Lendemain du nouvel an
  • 30 Mars 2018: Vendredi Saint
  • 02 Avril 2018: Pâques
  • 1 er Mai 2018: Fête du travail
  • 15 Mai 2018: Début du Ramadan
  • 1er Juin 2018: Jour du Madaraka
  • 14 Juin 2018: Fin du Ramadan
  • 22 Août 2018: Fête du sacrifice
  • 20 Octobre 2018: Jour des héros
  • 12 Décembre 2018: Jour de l'indépendance
  • 25 Décembre 2018: Jour de Noël 
  • 26 Décembre 2018: Lendemain de Noël

La culture au Kenya

En tant qu’étranger au Kenya, votre entourage vous quémandera souvent des cadeaux ou de l’argent. Ne laisser pas leur demande affecter l’amitié que vous leur portez. Ils tentent juste leur chance avec quelqu’un qu’ils considèrent comme plus riche qu’eux.

La Langue

L'anglais et le swahili – langue d'origine bantoue – se partagent le statut de langue officielle et sont enseignés à l'école. S'y ajoutent un grand nombre de langues tribales – kikuyu, luo, masai, samburu, etc. – et de dialectes. Quelques mots de swahili peuvent se révéler utile en dehors des agglomérations et des lieux touristiques. Toutes les lettres se prononcent en swahili. Le jambo est une forme simplifiée du swahili souvent utilisée avec les étrangers. Le sheng, enfin, est un mélange de swahili et d'anglais.

 La religion

À l'exception des régions de la côte et de l'Est, où l'islam est prédominant, la majorité des Kenyans sont chrétiens. Un tiers environ des Kenyans est musulmans. L'animisme est également répandu.

Les nombreux groupes ethniques des régions rurales pratiquent des rites d'initiation, qui marquent le passage d'un âge à l'autre et toutes les étapes de la vie, et accordent une grande importance aux sorciers. Chez les Massaïs, qui restent attachés à leurs traditions, les jeunes hommes deviennent moran (guerrier) au cours d'une cérémonie qui a lieu vers 14 ans. La circoncision est quasi systématique (sauf chez les Luos, second groupe ethnique par le nombre) et l'excision est encore parfois pratiquée. Les danses, l'habillement, les coiffures – notamment chez les Massaïs et les Turkanas – sont toujours profondément marqués par la coutume. L'entrée des habitations kikuyu est traditionnellement orientée vers le mont Kenya. La population musulmane observe les règles de l'islam, notamment le mois de jeûne du ramadan.

 L’art

Les formes musicales "modernes" présentes sur l'ensemble du continent africain se retrouvent au Kenya. S'y ajoute le taarab, musique swahili de la côte, qui connaît depuis quelques années une résurgence dans une forme "pop". La forme artistique la plus traditionnelle est le sigana, qui mêle narration, chanson, musique, danse, rites et masques en un long spectacle.

La littérature kenyane est marquée par deux grandes figures : Ngugi wa Thiong'o et Meja Mwangi. Les textes radicaux de Ngugi wa Thiong'o lui ont valu une année d'emprisonnement, au terme de laquelle il a préféré l'exil. Ses principaux écrits traduits en français sont Pétales de sangLa Rivière de vie et Le Blé jaillira. Meja Mwangi s'intéresse également à la question sociale, sans se départir de son sens de l'humour. Son roman Karivki a été traduit en français.

La cuisine

Les menus se composent le plus souvent – voire exclusivement – de viande de bœuf ou de mouton, de haricots, pommes de terre, de bananes plantains (makote) et d'autres féculents. Le nyama choma, version kenyane du barbecue, remporte également un franc succès, comme l'ugali, une bouillie de maïs. Les restaurants indiens et les fruits – mangues, papayes, ananas, fruits de la passion, bananes, goyaves – constituent la bonne surprise du régime alimentaire kenyan.

Coutumes au Kenya

Il y a des coutumes dans certains pays émergeants comme le Kenya qui diffèrent des vôtres, et le fait de les connaître à l’avance permet d’éviter des situations embarrassantes ou gênantes.

  • montrez pas d’affection pour une personne du même sexe en public, même si vous êtes en couple ou mariés.
  • Toujours saluer de la main droite et pas de la main gauche
  • Ne pointez pas du doigt
  • Il faut toujours demander la permission avant de prendre une photo
  • L’espace personnel de chacun à respecter varie en fonction de la personne avec qui vous parlez. Observez et faîtes de même.
  • Vous ne verrez pas un homme et une femme s’enlacer dans la rue, ça ne se fait pas, cependant, il est possible que vous voyiez deux personnes du même sexe main dans la main, car ils s’apprécient en tant qu’ami.
  • Regarder quelqu’un dans les yeux est accepté, mais ce ne doit pas être insistant, notamment quand la personne est plus âgée que vous. Cela serait considéré comme mal poli.
  • Montrez-vous modeste et amical envers la population locale
  • Soignez votre apparence, les kenyans aiment être bien habillés pour obtenir le respect des hommes et l’amour des femmes. Ne portez pas de vêtements délavés ou déchirés, vous serez considéré comme quelqu’un de sale et non respecté.

A faire:

  • Respecter la coordinatrice et la culture locale
  • Se montrer amical et modeste envers les autres
  • Respecter les personnes âgées, la hiérarchie est très importante dans la culture kenyane
  • Toujours respecter les us et coutumes locales quand vous voyagez à l’étranger

A ne pas faire :

  • Ne sortez pas seul(e) après la tombée de la nuit
  • N’acceptez jamais de boissons ou nourriture d’une personne que vous ne connaissez pas
  • Ne consommez pas d’alcool ni de stupéfiants
  • Ne buvez pas l’eau du robinet (à moins de la faire bouillir avant)
  • Ne participez pas aux manifestations politiques ou sociales pendant votre séjour
  • Ne prenez pas les institutions et bâtiments officiels en photo, vous pourriez être considéré comme un espion
  • Ne participez pas au débat opposant les différentes religions qui ont souvent lieu au Kenya

Conseils pour vous intégrer :

  • Habillez vous sobrement
  • Evitez de vous engager dans une relation amoureuse pendant votre mission
  • Rangez et nettoyez votre chambre régulièrement
  • Vous avez le droit à une lessive par semaine. Si vous avez besoin d’une lessive supplémentaire, les frais seront à votre charge ( 350 shillings soit 4,50€ environ)
  • N’amenez personne au logement sans demander la permission au préalable à Cécilia
  • N’utilisez pas les objets du logement sans demander la permission au préalable (télévision, radio, vélo etc.)
  • Lors de la période d’immersion, vous recevrez des consignes concernant les horaires des repas, l’heure à laquelle vous devez rentrer le soir etc. Merci de respecter ces consignes qui ont été mises en place pour votre sécurité.
  • Ne donnez jamais de l’argent aux orphelins ni aux mendiants. L’argent ne va jamais aux enfants. Si vous souhaitez faire un don de matériel, demandez conseil à Cecilia, qui connaît les besoins du moment. 
  • Gardez toujours le numéro de Cecilia sur vous lors de vos sorties

Comment bien s’entendre avec les kenyans ?

Les kenyans sont accueillants et chaleureux, ils acceptent facilement les étrangers. Cependant, vous pouvez, avec ces quelques conseils, vous intégrer plus facilement.

Afin de vous entendre avec les tanzaniens…

… Ne leur dites pas comment gérer leur pays !

Bien que tous les kenyans ne soient pas politiquement engagés, ils sont très fiers de leur indépendance qu’ils ont acquis très tôt par rapport à d’autres pays d’Afrique. Afin d’éviter les problèmes ou situations embarrassantes, évitez de discuter de politique en public et ne participez pas à d’éventuelles manifestations. Ils se sont battus pour obtenir l’indépendance et ils ont le droit de gérer leur pays comme bon leur semble !

… Ne vous énervez pas !

Si vous vous énervez, vous perdrez la face, et le respect de l’autre ! N’oubliez pas que vous n’êtes pas chez vous et qu’ils sont chez eux. Se plaindre de façon agressive résultera le plus souvent par de l’indifférence de la part de votre interlocuteur.

… réfléchissez avant de vous plaindre

Si un kenyans commet une erreur – avec le repas que vous avez commandé (par exemple), n’oubliez pas que si vous demandez à être remboursé ou si vous refusez de payer, c’est l’employé qui sera directement sanctionné. Réfléchissez toujours aux conséquences de vos actes, le plus souvent il s’agit de quelques euros pour vous, mais cela représente peut-être une semaine de salaire pour l’employé.

ET SURTOUT, LE PLUS IMPORTANT :

... souriez et riez autant que possible !

La bonne humeur est le premier pas pour résoudre d’éventuels problèmes. Gardez cela à l’esprit avant de vous énerver !

Se déplacer au Kenya

Le train

L’état des lignes et du matériel n’est pas extraordinaire, même si le service a été amélioré depuis la privatisation des chemins de fer kenyans. L’unique ligne de passagers actuellement en service traverse, à vitesse de sénateur (30 à 45 km/h), le pays entre Nairobi et Mombasa, en passant par Voi. C’est l’ancien Uganda Railway, connu sous le nom de Lunatic Express ou Lunatic Line. Elle se prolongeait encore récemment jusqu’à Kisumu (lac Victoria), sur 930 km en tout, mais cette portion de la voie ne voit plus circuler de trains de passagers pour l’instant.

Le seul chemin de fer qui reste au Kenya se trouve entre Nairobi et Mombasa. Le voyage prend environ 13 heures. Le train quitte Nairobi le soir et arrive à Mombasa le lendemain matin. Il y a trois classes différentes, mais seules la 1e et 2e sont recommandées, car la sécurité peut être un problème en 3e classe.

L'avion

Tout d’abord, un bon conseil : n’oubliez pas de confirmer vos vols domestiques et internationaux 72h avant le départ. La surréservation est une pratique courante et beaucoup de touristes restent en rade pour avoir négligé cette formalité. Mieux encore : imprimez votre carte d’embarquement en ligne à l’avance. Attention aux vols domestiques annulés au dernier moment. Enfin, prévoyez une marge confortable entre l’arrivée à Nairobi et une éventuelle correspondance intérieure ; les formalités sont longues, à fortiori si vous prenez votre visa à l’arrivée.

Le bus

Au Kenya, un gros bus est appelé coach (notre « car » français) et un bus de taille intermédiaire un minibus. Le « minibus » tel qu’on l’appelle en France correspond, lui, au véhicule appelé localement matatu, qui sert de taxi collectif urbain et interurbain.

Les bus interurbains sont pratiques, pas chers et fréquents. Il existe des coaches de luxe très confortables à des tarifs encore raisonnables. Exemple : Nairobi-Mombasa, 1 000 (9€) - 1 600 (14,8€) Ksh pour environ 500 km et 9h de trajet.

Le matatu

Le matatu est tout à fait utilisable, pratique et pas cher, mais on ne peut pas dire que la sécurité soit extraordinaire. Théoriquement, le nombre de passagers est limité à 14 et chacun devrait avoir une ceinture de sécurité... mais on en est souvent loin !

Encastré plusieurs heures durant entre sacs et victuailles, un genou coincé dans le dos, est une expérience à vivre ! En ce qui concerne vos voyages à bord d’un matatu, vous vous souviendrez surtout à la conduite des chauffeurs, foncièrement imprudents, et de la musique tonitruante.

Vous utiliserez ce mode de transport quotidiennement pour vous rendre sur votre lieu de mission. En fonction du lieu de projet sur lequel vous vous êtes engagé, vous passerez facilement une heure à bord d’un matatu pour vous rendre sur le lieu de mission ou pour retourner dans votre logement, bien que les lieux de projets soient proches de votre hébergement car la circulation routière à Nairobi n’est pas fameuse.

Le taxi

Si vous prenez un taxi, assurez-vous que le chauffeur a un permis et une licence, bref, que c'est un vrai taxi (le soir, surtout), et mettez-vous d'accord sur le prix aller/retour : le compteur est une rareté. Vous trouverez des taxis principalement devant les grands hôtels, les restos, les cinémas.

Source : Le routard

Transport quotidien

Si vous devez utiliser les transports en commun, prévoyez environ 100-300 KSH (1-3€) par jour.

Si vous souhaitez visiter Nairobi et les environs, vous pouvez utiliser les bus touristiques ou les micro-bus (Matatu). Les bus touristiques son plus confortables pour les longues distances. Le bus de Nairobi à Arusha en Tanzanie coute environ 25$. 

Tabac, drogues et alcool, règlementation au Kenya 

Pendant la durée du volontariat et dans votre logement d’accueil il est interdit de fumer, consommer de l’alcool ou des drogues. 

Horaires d’ouverture au Kenya

Les banques ouvrent en semaine entre 8h et 9h pour fermer entre 15h et 17h, voire à 19h30 en ce qui concerne la Cooperative Bank ; la plupart sont également ouvertes le samedi matin, jusqu’à 11h-14h selon les enseignes.

Argent au Kenya

La devise du Kenya est le shilling. Nous vous conseillons d’apporter un peu d’argent liquide et une ou plusieurs cartes bancaires (Visa ou MasterCard). Ne changez jamais d’argent dans la rue, les taux de change ne sont jamais à votre avantage et les arnaques sont courantes.

Les distributeurs d’argent sont disponibles dans les banques suivantes à Nairobi :

  • Standard Chartered
  • Barclays
  • Citibank
  • Et quelques banques locales

La plupart des banques n’acceptent que les cartes VISA. Certaines acceptent également la MasterCard. Cela est également valable dans la plupart des restaurants et magasins.

Le change

Les bureaux de change (Forex) permettent de changer euros et dollars à des taux en général légèrement supérieurs à ceux des banques - quoique, avant tout, dans les uns comme dans les autres, tout dépend des sommes que vous avez à changer et de votre capacité à discuter du cours...

Les bureaux Forex sont souvent ouverts un peu plus tard que les banques et quelques-uns le sont aussi le dimanche (à Nairobi).

Dans les hôtels et lodges, les taux varient entre médiocres et similaires à ceux des bureaux de change (on en a même vu des meilleurs !) : tout est donc affaire de comparaison. Dans tous les cas, assurez-vous qu’aucune commission n’est demandée (c’est en général le cas) et évitez le marché noir : arnaque presque assurée.

Vous pourrez reconvertir sans difficulté vos shillings en dollars ou en euros avant de repartir. Il y a plusieurs bureaux de change à l’aéroport international de Nairobi, mais les taux sont logiquement moins bons qu’en ville. Cependant, si votre retour se fait de nuit, prévoyez de changer votre monnaie avant de reprendre l’avion car les bureaux de change sont généralement fermés la nuit.

Les chèques de voyage

On vous les déconseille fortement car il est désormais difficile de les changer sur place (essayez KCB). Si vous souhaitez quand même les utiliser, sachez que le reçu d'achat délivré par votre banque, en plus du passeport, est souvent exigé.

Les cartes de paiement

Il est possible de retirer de l’argent avec votre carte dans tout le pays. On trouve désormais des distributeurs jusque dans les petites villes (et souvent dans les centres commerciaux) - mais vous courrez toujours le risque de tomber sur un non approvisionné ou hors-service. Seules la Barclays, Equity Bank et la Kenya Commercial Bank acceptent la MasterCard.

N’oubliez pas que votre banque retiendra une commission pour chaque retrait.

COÛT DE LA VIE

Exemple de prix :

• 45 shillings pour une bouteille d’eau d’un litre

• 50 shillings pour 500 ml de lait

• 170 shillings pour un litre de jus de fruit

• 110 shillings pour de la crème hydratante

• 150 shillings pour du gel douche

• 120 shillings à 300 shillings pour du déodorant

• 300 shillings pour du shampoing

• 55 shillings pour une brosse à dents

• 100 shillings pour du dentifrice 

Electricité au Kenya

L’électricité au Kenya est à 240Volts et 50Hertz. Si vos appareils électriques ne supportent pas ce voltage ou ne correspondent pas aux prises ci-dessous, il vous faudra un adaptateur de voyage.  Il peut parfois y avoir des coupures d’eau ou d’électricité pour des raisons techniques. Cela est également valable dans la maison pour les bénévoles. Si cela devait se produire, vous trouverez toujours des sceaux d’eau pour la toilette. 

Pourboires au Kenya

Les pourboires sont appréciés au Kenya quand le service qui vous a été rendu vous a satisfait. Ils permettent aux gens qui travaillent de compenser leur salaire bas mais ne vous sentez pas obligé de laisser des pourboires, cela reste un moyen de récompenser un bon service.

Echange culturel au Kenya

Afin de comprendre la différence culturelle et de vous présenter à vos hôtes, vous pouvez amener avec vous quelque chose de représentatif de votre pays. Une carte, un CD avec l’hymne nationale, des habits traditionnels de votre région, des jeux, des photos.

Vous pouvez aussi apporter des recettes et faire découvrir votre cuisine – à condition de trouver les bons ingrédients sur place. Faites découvrir des herbes aromatiques locales ou une boisson méconnue à l’étranger…

Si vous participez à une mission avec des enfants, vous pouvez apporter des cahiers de coloriage représentant des monuments connus de chez vous ou des CDs avec des chansons pour enfants… Laissez-vous guider par votre imagination mais sans surcharger vos bagages !

Numéros d'urgences au Kenya

« Flying Doctors » : +254 20 600 24 95 ou +254 20 699 44 09

« Nairobi Hospital » : +254 20 284 50 00

« Aga Kahn Hospital » : +254 20 74 00 00

NB : ces deux derniers établissements sont privés ; leurs prestations sont de qualité, mais à des tarifs élevés.

Source : France Diplomatie

Ambassade de France à Nairobi (permanence téléphonique 24h sur 24)

Adresse : Barclays Plaza Tower - 15th floor - Loita street - Nairobi

Tél. : +254 20 277 8000

Fax : +254 20 277 8180

En dehors des heures d’ouverture des bureaux, vous pouvez également contacter le numéro de permanence suivant : +254 73 368 2231

Décalage horaire avec la France

Le Kenya est en avance de 1h sur la France en été, et 2h en hiver. Quand il est 12h à Paris, il est 13h à Nairobi en été et 14h en hiver.

 

Comment partir au Kenya avec Globalong?

 

Projet de bénévolat au Kenya avec GlobAlong

 

En savoir plus sur Globalong

 

Projets de bénévolat animalier au Kenya avec GlobAlong

Témoignages Globalong L association Globalong Le Service Volontaire International - Globalong
Charte du volontaire international - Globalong
 

Retour à la page d'accueil

Accueil