Volontariat international en Bolivie - bien se préparer !

Tout savoir sur le Pérou avec GlobAlong

     Le Climat en Afrique du Sud comment s habiller en Afrique du Sud Fetes et jours fériés en Afrique du Sud
La culture en Afrique du Sud Moyens de transport en Afrique du Sud Eau potable en Afrique du Sud Tabac et drogues en Afrique du Sud
Les horaires en Afrique du Sud - heures d ouverture Moyens de paiement, argent en Afrique du Sud Prises électriques en Afrique du Sud Urgences en Afrique du Sud
Heure, décalage horaire Afrique du Sud Liens utiles Globalong en Afrique du Sud

Un peu d'histoire...

En 1532, alors que les Incas étaient au sommet de leur gloire, l’empire a été bouleversé a cause d’une guerre de succession et par l’arrivée des conquistadores espagnols. Lima a été fondée en 1535 et s’est rapidement imposée comme le point de départ de la conquête espagnole et de sa domination de l’Amérique du Sud. Au le 17e siècle, le Pérou était le deuxième pays fournisseur d’argent. Les indigènes qui tentaient de se révolter ou de s’enfuir des camps de travail forcé étaient exécutés.
Pendant au moins 300 ans avant l’arrivée des espagnols, la majorité du pays constituait le cœur de l’empire Inca, qui s’étendait du sud de l’Equateur au centre du Chili d’aujourd’hui. L’empire s’est développé depuis son centre, c’est à dire la vallée de Cusco. Les Incas ont colonisés les peuples andéens qui faisaient partis de la culture la plus avancée de l’ancienne Amérique latine. Les Incas ont instauré une société complexe avec une administration et des règles très différentes des autres cultures et civilisations de l’ancien monde.

Le Pérou a déclaré son indépendance en 1821 et est entré en guerre avec l’Espagne de 1864 à 1871. Pendant les combats, Callao (le port principal de Lima) a été endommagé par les bombardements depuis la mer.
En 1879, le Pérou et la Bolivie ont combattu le Chili pour la possession de la partie nord du désert Atacama, une région riche en nitrate. La défaite de l’armée péruvienne a conduit à l’occupation de Lima par l’armée du Chili ainsi que la perte du territoire. L’accord concernant la frontière avec le Chili n’a été signé qu’en 1929.

La fin du 19e siècle a été une période de développement pour le Pérou. Un nouveau chemin de fer a établi une connexion entre les centres miniers et entre les hautes terres et la côte, et les investisseurs étrangers ont permis un développement continu. Le groupe de guérilléros maoïste Shining Path (ou Sendere Luminoso) a commencé son coup d’état violent en 1980, mais, bien que fragile, la démocratie péruvienne a survécu.
En septembre 2007, la cour suprême du Chili a approuvé l’extradition de l’ancien président Alberto Fujimori vers le Pérou. Il était au Chili depuis 2005, quand il a été arrêté lorsqu’il rentrait au Pérou après avoir été en exil au Japon. Il avait promis son retour en politique. En décembre 2007, la cour suprême du Pérou l’a condamné à 6 ans de prison ferme ainsi qu’une amende. Il est également accusé d’autres crimes, tels que meurtre, fraude, écoutes illégales etc.

Le climat au Pérou

Le climat au Pérou dépend des régions. Sur la côte, l’hiver commence en juin et se termine en septembre. Pendant cette période, dans les montagnes, il fait souvent beau la journée mais froid le soir. La mousson dans les montagnes et dans la jungle commence en décembre et termine en avril. Il ne pleut quasiment jamais à Lima ou le long de la côte.

Sur la côte

La Costa est un paysage étrange avec de grandes dunes et étendues de sable qui ressemble à un désert, mais avec un taux d’humidité qui atteint les 90% pendant l’hiver, quand les températures à Lima sont à environ 16°. En suivant la côte, plus vous monterez au nord, plus il fera chaud, surtout l’été et plus vous irez au sud, plus les températures baisseront. Ces conditions climatiques sont parfaites pour la préservation de ruines archéologiques restantes.
Les montagnes des Andes
Il y a deux saisons dans les Andes. La saison des pluies, qui commence en octobre et se termine en avril et la saison sèche le restant de l’année. Les pluies torrentielles se l’hiver peuvent causer des glissements de terrain dans certaines régions.

La jungle

Dans la Selva, la jungle, il y a deux saisons, la pluvieuse et la sèche, qui sont toutes deux très chaudes. La saison sèche commence en avril et dure jusqu’en octobre et pendant cette période il fait chaud toute la journée ainsi que la nuit. La saison humide commence en novembre et finit en mars. Pendant cette période, les nuits sont plus fraiches. Il y a très peu de différences de températures entre ces deux saisons. Pendant la saison des pluies, le niveau des fleuves et rivières monte considérablement et le taux d’humidité atteint souvent les 80-90%.

La région maritime

C’est le quatrième type de paysage au Pérou. Les eaux qui longent la côte péruvienne sont influencées par le courant « Humboldt », qui commence dans l’arctique avant de monter le long de la côte vers le nord en tournant dans le Pacifique vers la côte de l’Equateur. Dans ces eaux on trouve des bancs de poissons tels que le thon, l’anchois et bien d’autres, ce qui en fait les eaux de pêche les plus riches du monde.

Comment s’habiller ?

Les péruviens sont assez décontractés, mais ne s’habillent pas en short à moins d’aller à la plage. Les hommes portent généralement des pantalons, des jeans, des t-shirt, polos ou chemises. Les femmes sont généralement assez élégantes, et portent des pantalons, des jeans ou des jupes (pas de mini-jupe) en ville. La population urbaine s’habille de façon plus moderne quand ils sortent au restaurant ou au bar, mais restent quand même discrets. Laissez donc votre bustier jaune fluo à la maison ! En fait, plus vous montrerez votre peau, plus vous risquez d’avoir des commentaires un peu désagréables de la part des hommes et des regards désapprouvant des femmes. Les jupes ne doivent jamais arriver au-dessus des genoux, et évitez de porter des hauts transparents ou des décolletés plongeants !

Dans les Andes, les gens se couvrent un peu plus que sur la côte. D’une part parce qu’il y fait plus froid, mais également parce que la culture y est plus traditionnelle. Vous ne verrez aucun péruvien en short (à part s’il joue au foot) et les tongs sont considérées comme bizarres...

Fêtes et jours fériés au Pérou

Les festivals péruviens sont soit d’origine religieuse, soit nationales. La ferveur religieuse précolombienne a survécu jusqu’aujourd’hui à travers les rites anciens qui lient l’Homme à la nature. Plus de 300 festivals sont célébrés à travers le pays, dont ceux que vous pourrez voir à Cusco :

Madre de dios carnival : en Février (la date varie d’année en année). Cette célébration de la terre mère a un côté très terrestre. Il y a des parades sur les grandes rues de la ville, des défilés en fanfare, une élection de reine de beauté ainsi que l’élection de la Miss Manguare et King Momo.
Semaine de pâques/Semana santa : La semaine sainte commence le dimanche des rameaux et se termine avec le jeudi saint, vendredi saint et dimanche de pâques. A chaque jour ses rites et parades avec des participants agenouillés ou portant des croix en bois sur le dos.
Il y a des messes, des prières et des milliers de catholiques sont présents. Pendant cette semaine, la plupart des écoles et bureaux sont fermés et les hôtels sont tous pleins.

Corpus Christi : La fête du Corpus Christi (Fête-Dieu) est célébrée à travers le pays 60 jours après pâques, mais la plus grande fête a lieu à Cusco. 16 sculptures des principaux saints sont apportées à Cusco depuis le pays entier. Le jour de Corpus Christi, vous entendrez les sons de la Maria Angola, la plus grande cloche du Pérou, qui date du 16e siècle. Le défilé comporte de la musique et des danses folkloriques.

Inti Raymi : le 24 juin. Un spectacle théâtral basé sur la tradition Inca de l’adoration du soleil et le solstice.La Virgin de Paucartambo : le 16 juillet. Un événement religieux local.

Offrande à la terre, Pachamama : Si vous êtes à Cusco au mois d’août, vous pourrez peut être voir l’offrande à la terre, quand les villages font des sacrifices, appelés pagapus à la Pachamama ou la déesse de la terre. La Pachamama repose dans l’Urkapacha, l’autre monde, et ses fruits nourrissent les humains. Pendant l’offrande à la terre, les humains doivent montrer leur gratitude et donner quelque chose en retour. Parmi les sacrifices on trouve des feuilles de coca, de l’argent, de la chicha, du vin, des graines de huayruro, qui sont sensées avoir des pouvoirs magiques.

Toussaint/journée des morts : Le 1er novembre. La toussaint est célébrée dans toute l’Amérique Latine, mais pas seulement comme un jour de deuil. Les familles se rendent au cimetière pour remémorer les morts. Ensuite, ils vont faire la fête et les enfants se déguisent. Le soir de la Toussaint, les esprits des morts peuvent revenir sur terre, et il vaut mieux porter un costume qui leur fera peur. La Toussaint est la version latine de Halloween.

Noël : Les missionnaires chrétiens n’ont eu aucun mal à introduire la fête de noël, pour célébrer l’enfant jésus, né dans une grange. Les noëls andéens se sont adaptés et c’est aujourd’hui la plus grande fête de l’année. Les familles mettent en scène la naissance du Christ dans des crèches dans leurs salons, chantent, dansent et cuisinent des plats traditionnels. La plupart des familles achètent de nouveaux personnages pour leurs crèches au marché de Santuranikuy (l’achat des saints), qui a lieu à la Plaza de Armas le soir de noël, le 24 décembre. Les crèches restent en place jusqu’à la Bajada de los Reyes (l’arrivée des rois mages) le 6 janvier.

• 1er Janvier 2018: Nouvel an
• 29 Mars 2018: Jeudi saint
• 30 Mars 2018: Vendredi saint
• 1er Mai 2018: Fête du travail
• 31 Mai 2018: Corpus Christy
• 24 Juin 2018: Inti Raymi
• 29 Juin 2018: Fête des Saints Pierre et Paul
• Du 28 au 29 Juillet 2018: Fête de l’indépendance
• 30 Août 2018: Fête du saint patron Rosa de Lima
• 8 Octobre 2018: Bataille d’Angamos
• 1er Novembre 2018: Toussaint
• 8 Décembre 2018: Immaculée conception
• 25 Décembre 2018: Noël

La culture Péruvienne

Musique
Grâce aux découvertes archéologiques récentes, il n’y a plus de doute sur l’importance de la musique dans l’histoire péruvienne depuis plus de 10.000 ans. L’ancienne civilisation a inventé des instruments comme le quenas, le zanopas et les pututos (des instruments à vent fait à partir de coquillages) ainsi que de nombreux autres instruments à vent et à percussion fabriqués avec des matériaux comme le bois, la boue, l’os, les cornes et des métaux précieux. Les européens ont également importé des instruments, qui ont été adaptés à la musicalité et aux rythmes de chaque région. La harpe, le violon et la guitare ont été particulièrement transformés, surtout dans les régions montagneuses. 

Les incas, le peuple-empereur

On ne connaît pas l'origine exacte des Incas. Certaines théories les font venir des hautes plaines de l'Amazone, tandis que la mythologie voit dans le lac Titicaca la matrice de ce peuple mystérieux.
Les Incas ont fondé Cuzco vers 1200(« le nombril du monde » en quechua). Le grand temple du Soleil sert aujourd'hui de fondation au monastère Santo Domingo. Les chroniqueurs rapportent que leur chef était un certain Manco Capac : la légende rejoint ici la réalité... Douze dynasties incas se seraient succédées à Cuzco. Atahualpa appartiendrait à la treizième. Le premier Inca historique (le neuvième dans la mythologie) est Pachacutec-Inca-Yupán (1438-1471). Son nom signifie « renversement de l'ordre du monde ». Il rebâtit la ville de Cuzco, telle que les Espagnols la découvrirent.

Grands traits de la civilisation inc

Du temps de leur splendeur, les Incas dominaient un immense territoire couvrant largement le Pérou, la Bolivie, l'Équateur et un bon morceau de la Colombie et du Chili d'aujourd'hui : l'Empire inca. De nos jours, les traces de cette civilisation sont partout, dans les musées et les ruines, mais aussi dans la vie quotidienne, avec 10 millions d'indigènes parlant le quechua (déjà parlé avant les Incas).
Leur domination a duré moins d'un siècle, de 1438 à 1532, soit de Charles VII à François Ier. Leur grand apport se situe dans l'agriculture et l'architecture : en effet, c'est bien à eux que l'on doit les ouvrages parfois colossaux réalisés à partir de pierres taillées souvent impressionnantes et si bien ajustées qu'on ne peut glisser la lame d'un couteau entre deux blocs ! Les constructions extraordinaires datent de cette même période, dont les plus célèbres se trouvent sur les crêtes dominant la vallée de l'Urubamba : Machu Picchu, Pisac, Sacsahuamán...

La puissance des Incas résidait surtout dans leur faculté d'assimilation et d'unification des civilisations antérieures. Non contents d'imposer une langue unique (le quechua), les Incas agrandirent - jusqu'à 11 000 km ! - le réseau routier déjà mis en place par les Chimús. Il était composé de deux axes longitudinaux ; l'un suivait la côte, l'autre la cordillère. Un élément important dans la civilisation inca était le tissu. Autre point important caractérisant la civilisation Inca : les sacrifices rituels, beaucoup moins fréquents que l'on croit, étaient pratiqués sur des enfants quand un grave danger menaçait une région, l'éruption d'un volcan par exemple.

Les cultures ameridiennes

Bien avant l'arrivée des Conquistadores, le Pérou fut habité par plusieurs civilisations, dont nous pouvons admirer de nombreux vestiges architecturaux, mais aussi des poteries et des bijoux conservés dans des musées. Aujourd'hui encore, notamment dans la région de Cuzco, les descendants de ces grands peuples préservent leurs traditions et leur langue. Le quechua et l'aymara sont encore parlés par 10 millions de personnes. Hormis les dites « grandes civilisations », il y en eut de nombreuses « petites » qui s'entremêlèrent. Chacune est passionnante, ayant laissé à la postérité de nombreux objets d'art, des édifices... et pas mal d'énigmes.

Source : Le routard

Système éducatif

L’éducation est la clé vers le progrès et le développement personnel. Il y a plus de 28.000 écoles primaires au Pérou, soit une pour chaque ville avec plus de 200 habitants. La présence de ces écoles rurales sont le premier pas vers un futur meilleur pour les populations qui vivent sous le seuil de pauvreté au Pérou. Dans ces écoles, les enfants apprennent l’espagnol, la langue administrative.
Le système éducatif doit prendre en charge une population de jeunes qui ne cesse d’augmenter. Cela signifie qu’une grande partie des ressources de l’état sont allouées à l’éducation, qui est gratuite et obligatoire pour les enfants entre 6 et 15 ans. Cependant, l’éducation obligatoire est difficile à instaurer, surtout en dehors des grandes villes. Les classes comportent beaucoup d’élèves, les écoles sont en mauvais état et manquent d’équipements, les professeurs manquent de formations, ce qui fait que la qualité de l’enseignement est considérée comme très mauvaise. C’est pour cela que la plupart des familles de classe supérieure ou moyenne préfèrent scolariser leurs enfants dans des écoles privées.

Les coutumes Péruviennes

Mariage et famille

Une famille classique péruvienne compte en moyenne 4 enfants. Le père est considéré comme le chef de la famille, tandis que la mère s’occupe des enfants et de la maison. Cependant, le nombre de femmes qui travaillent a sensiblement augmenté depuis quelques années, surtout dans les villes.
Les péruviens ne sont pas très individualistes. La famille, proche ou éloignée, est très importante et la loyauté envers le groupe est plus importante que l’accomplissement personnel.

Le conservatisme et la prévention de l’incertitude

Les péruviens n’apprécient pas l’incertitude et essayent généralement de l’éviter à travers des règles et des directives au quotidien. Le but est de tout contrôler et d’éliminer l’inattendu. C’est pourquoi les péruviens n’aiment pas prendre des risques et mettent longtemps à accepter le changement. La tolérance envers tout ce qui est nouveau ou inconnu est souvent très faible.

Les bonnes manières à table

Les bonnes manières sont très appréciées au Pérou. Il est coutume de finir son assiette ou de fournir une explication délicate si vous n’arrivez pas à finir. Tenez les deux mains (mais jamais les coudes) sur la table pendant tout le repas. Les repas sont des moments conviviaux, où les familles conversent et se retrouvent.

La vie sociale

Les hommes se marient généralement avant leurs 30 ans, et les femmes peu après leurs 20 ans. Dans les campagnes, ils se marient plus jeunes. La vie en couple sans être marié est généralement acceptée, sauf dans la haute société. Que vous soyez un homme ou une femme, vous devez serrer la main aux gens pour les saluer. Les amis proches se font souvent une bise. Les hommes peuvent se prendre dans les bras s’ils sont proches. Les jeunes et les amis s’appellent par leur prénom, mais si vous vous adressez à une personne âgée ou à une personne qui représente l’état ou qui est supérieure à vous hiérarchiquement, vous devez utiliser son nom de famille précédé par son titre. 

Cuisine

Dans votre programme, le petit déjeuner et le déjeuner sont inclus. Vous prendrez les repas chez votre famille d’accueil.
Le petit-déjeuner est le plus souvent composé de café, thé ou chocolat chaud, pain, beurre, confiture, fromage, fruits et jus de fruits – parfois vous aurez également des œufs ou du yaourt. 

Le déjeuner est le repas principal au Pérou. C’est un repas complet, chaud. Il comporte généralement : une soupe, un plat principal (poisson, poulet, bœuf, porc avec riz, pommes de terre, pâtes, céréales, légumes et jus de fruit ou thé. Les repas sont nourrissants mais pas trop copieux, car en cette altitude la digestion est plus lente.

Le diner n’est pas inclus, car les participants se réunissent généralement pour manger ensemble le soir.
Le Pérou est connu à travers toute l’Amérique Latine pour sa cuisine. Etant une région de pêche importante, le poisson est abondant et préparé avec imagination. Les principaux ingrédients de la cuisine péruvienne sont : le riz, les pommes de terre, le porc, l’agneau et le poisson. La plupart des plats comportent une des différentes sortes de « aji », un piment péruvien : l’aji jaune ou l’aji rouge rocoto.
Le poulet, le porc et l’agneau ont été introduits au pays il y a 500 ans, quand les espagnols sont venus en Amérique. D’autres ingrédients, comme les pommes de terre, poussaient déjà dans les terres des Andes.
Aujourd’hui, vous trouverez plus de 200 sortes de pommes de terre différentes dans la région du lac Titicaca. Elles peuvent être de couleurs différentes (bleu, violet, jaune, marron), en taille et en texture. Certaines sont petites comme des noix, d’autres aussi grandes que des oranges.
Voici une petite liste des plats que vous pourrez déguster au Pérou :

• Pescado y Mariscos (poissons et fruits de mer) : tout plat à base de poisson et un bon plat. Le Cevice est le plat le plus connu, à base de colin, jus de citron, oinion et épices. Dans les montagnes, vous pourrez déguster de la truite.
• Comida Criolla : c’est le nom des plats traditionnels péruviens. L’aji de gallina (ragout de poulet), lomo saltado (bœuf sauté), chupe (ragout de poisson), antichucos (cœur de bœuf mariné) en sont quelques unes. Les légumes sont importants dans l’élaboration de ces plats.
• Inca Cola : cette boisson est de couleur jaune et sent le chewing-gum.
• Aji de Gallina : poulet en sauce de lait épicé
• Adobo de cerdo : porc sauce avec du riz
• Arroz con pollo : poulet boulli avec une sauce verte. Toujours servi avec du riz vert (riz cuisiné avec de l’albahaca)
• Antichurros : cœur de bœuf mariné et grillé
• Carapulca : pommes de terre séchées et tranchées avec du porc, de la viande et du riz
• CauCau : tripes et pommes de terre
• Ocopa : pommes de terre bouillies dans une sauce de fromages et noix
• Pachamanca : un plat traditionnel du désert. A base d’agneau, porc, viande, pommes de terre, patates douces et tamale. D’abord, il faut chauffer des pierres avec un feu de bois. Quand elles sont assez chaudes, la nourriture est placée dans un sac et enterrée sous les pierres. Il faut surveiller la cuisson souvent, car la température varie
• Papa la Huancaina : pommes de terre servies avec une sauce épicée, des olives, de la salade et des œufs
• Papa Rellena : pommes de terre farcies à la viande
• Parihuela : poisson, crabe, crevettes, moules et seiches servies avec yuca et riz.
• Rocoto Relleno : plat traditionnel avec de la viande, des oignons, des pistaches, du lait et des œufs, le tout farci dans un poivron et servi avec des pommes de terre et du fromag

• Seco de frejoles : haricots bouillis, ragout d’agneau en sauce verte, toujours servi avec du riz et des oignons crus et agrémenté de citron et aji
• Roast cuy : le cochon d’inde rôti est considéré comme une délicatesse et seulement servi pour des occasions spéciales

La culture occidentale a influencé le Pérou, notamment avec l’arrivée des pizzas. La recette a été un peu adaptée et elles sont préparées dans les anciens fours à bois, qui existent depuis bien plus longtemps que les pizzas au Pérou.

Les boissons :

• Si vous appréciez la bière, la Cusquena et l’Arequipa sont probablement les meilleures. La Cristal et la Pilsner sont également pas mal. Le degré d’alcool des bières péruviennes est plus élevé que dans les bières d’importation
• Pisco sour : fait à base d’alcool de raisin traditionnel, citron, sucre, blanc d’œuf et noix de muscade – c’est très sucré et fort
• Chicha de jora : bière de maïs (souvent fait maison)
• Chicha morada : boisson soft à base de maïs violet
• Vins : le Pérou produit quelques vins acceptables comme le Tacama et l’Ocucaje
• Guinda : eau-de-vie de cerises, sucrée
• Aguardiente : alcool de sucre de canne

Le transport au Pérou

L’avion

Les vols intérieurs changent souvent d’horaire et les tarifs évoluent sans cesse. De nouvelles compagnies aériennes ouvrent chaque année, quand celles qui sont blacklistées ferment (voir www.airsafe.com). La plupart des villes sont desservies avec des avions modernes, tandis que les petites villes sont desservies par des avions à hélices. Pour avoir un aperçu des tarifs et horaires des vols intérieurs, rendez-vous sur le site www.traficoperu.com.

Les taxis

Vous trouverez des taxis partout. Les voitures privées avec un petit autocollant sur le pare-brise ne sont pas règlementées. Les taxis réglementés et plus sûrs ont une enseigne lumineuse sur le toit. Si vous commandez un taxi par téléphone, c’est un peu plus cher que si vous en trouvez un dans la rue, mais ils sont plus fiables. Les femmes voyageant seules devraient toujours prendre des taxis règlementés, surtout la nuit. Demandez toujours le prix avant de monter dans le véhicule, car les taxis ne sont pas équipés de compteurs. Vous pouvez marchander. Le plus simple est de se renseigner sur le prix à l’avance en demandant au coordinateur ou aux autres participants, surtout pour les longs trajets.

C’est moins cher de prendre un taxi pour les longues distances que de louer une voiture. Ils n’acceptent pas tous de faire les longs trajets, et s’ils acceptent, vérifier rapidement l’état du véhicule avant de partir. Les taxis partagés « Colectivo » pour les longs trajets attendent souvent des voyageurs dans les rondpoints ou carrefours, près d’un panneau indicateur.

Les bus

C’est le moyen de transport le plus commun, pour les touristes et pour les péruviens. Les tarifs sont relativement bas. Les grandes routes et les longues distances sont assez bien desservies, mais la qualité des bus varie. Les petites routes moins empruntées sont souvent desservies par des bus plus anciens et moins confortables. Evitez les sièges du fond – c’est là qu’on ressent plus les bosses sur la route. Il y a beaucoup de compagnies de bus différentes, et aucune compagnie nationale. Les bus partent et arrivent rarement à l’heure, donc les horaires proposés par les tour-opérateurs sont à titre indicatif. Les bus locaux sont lents et bondés, mais étonnamment bon marché ! Une alternative plus rapide et plus aventurière sont les microbus ou « combis » privés. Ils sont ornés d’autocollants colorés sur le côté et il y a un panneau sur le pare-brise pour indiquer la destination. Vous pouvez monter dedans et descendre n’importe où sur sa route. Le conducteur se penche généralement par la fenêtre pour crier la destination en passant. Installez-vous dans un siège vide (en serrant un peu il y a toujours une place), restez debout ou accroupissez-vous par terre. Le chauffeur viendra vous encaisser ou vous payerez à la fin de la course.

Eau

ATTENTION à l’eau du robinet ! Ne buvez pas l’eau du robinet. Nous vous conseillons de boire uniquement de l’eau en bouteille, même si les locaux boivent l’eau du robinet. La famille d’accueil servira de l’eau bouillie pour éviter les problèmes digestifs. Si vous ne savez pas si l’eau a été bouillie ou non, demandez !  L’eau dans les restaurants et hôtels de moyenne et haute gamme est toujours buvable, mais faites attention dans les snacks et restaurants moins chers. 

Tabac, drogue et alcool

Pendant la durée du volontariat et dans votre logement d’accueil il est strictement interdit de fumer, consommer de l’alcool ou des drogues.
L’alcool est interdit aux mineurs de moins de 18 ans et ne doit jamais être consommé dans les lieux publics en dehors des restaurants ou bars qui en vendent.

Horaires d'ouverture

Les magasins sont ouverts de 9h ou 10h à 12h30 et de 15h ou 16h à 20h. Dans les grandes villes, les supermarchés ne ferment pas à midi. Certains magasins sont fermés le samedi et la plupart sont fermés le dimanche.
Les banques sont ouvertes de 9h à 12h30 et de 15h à 18h et fermées le samedi.
Les bureaux sont ouverts de 8h30 à 12h30 et de 15h à 18h.

Argent banque et change au Pérou

La monnaie nationale est le nuevo sol (abrégé ici S).
Début 2017, 1 S valait environ 0,28 €

L'euro en espèces peut être changé facilement partout, en particulier dans les casas de cambio et dans certains magasins. Pas de commission, à l'exception des bureaux dans les aéroports, mais des taux plus ou moins bons selon les lieux.

Vous avez également la possibilité de changer les euros auprès des changeurs de rue. Ils doivent impérativement arborer une carte professionnelle. Ils travaillent en groupes facilement repérables, et la police est le plus souvent présente à leurs côtés, donc aucun problème de sécurité, du moins en journée.

Le dollar américain se change de la même manière dans les bureaux de change et auprès des changeurs de rue, mais aussi dans les banques. Contrairement aux bureaux de change, celles-ci sont présentes jusque dans les petites villes, d'où l'intérêt pour les voyageurs au long cours hors des sentiers battus de se munir de dollars (il faudra alors changer deux fois).

Les distributeurs de billets acceptant les cartes Visa et MasterCard sont présents presque partout. L'opération s'effectue au taux de change officiel, mais comporte des frais bancaires. Vous avez grandement intérêt à limiter les retraits (et donc à prendre des sommes importantes en une fois). Problème : les distributeurs refusent fréquemment les retraits supérieurs à 500 ou 1 000 S. Dans ce cas, il suffit de renouveler l’opération (en démultipliant les charges fixes sur chaque retrait pratiquées par votre banque !).

On trouve également des distributeurs dans les pharmacies et les supermarchés, mais une commission de 12 S par retrait (sauf avec la carte Visa) est débitée, préférez donc ceux des grandes banques.
Les détenteurs d’une carte American Express pourront retirer de l’argent sans frais additionnels aux distributeurs des banques BCP ; c’est aussi possible dans ceux de Globalnet, très nombreux dans les zones touristiques, mais avec une commission de 14 S également.

Attention : les billets sortent AVANT la carte de paiement. N'oubliez donc pas celle-ci dans la machine.
Il est possible de régler sa note avec sa carte de paiement dans un certain nombre d'hôtels et de restos (mais pas partout), ainsi que dans un nombre croissant de boutiques. L'opération se fait au taux de change officiel et les frais bancaires sont moindres qu'au distributeur.

Pas de problème pour changer en euros les soles qui vous restent à l'aéroport de Lima, mais à un taux évidemment défavorable !
• Veillez à ce que vos billets et pièces soient en bon état, et vérifiez toujours si le compte y est, car après il est trop tard pour réclamer. Vous verrez aussi les Péruviens vérifier les billets à la lumière, il y a pas mal de faux en circulation.

Source : Le routard

Electricité au Pérou

L’électricité au Pérou est de 220Volts, 60Hz. Si vous avez un appareil, qui n’accepte pas le 220V, il vous faudra un convertisseur. Vous pourrez acheter un adaptateur standard directement au marché local.

Voici les prises qui sont acceptées au Pérou : 

Pourboires au Pérou

Les pourboires permettent aux gens qui travaillent de compenser leur salaire bas. La coutume est de laisser 10% de pourboires aux serveurs. Les hôtels facturent 10% de taxe de séjour en plus de la TVA. 
Si vous vous arrêtez pour écouter un musicien de Marimba (comme un grand xylophone) qui joue dans la rue, laissez-lui une pièce. Ces musiciens n’ont aucun autre revenu.

Echange culturel 

Afin de comprendre la différence culturelle, et de vous présenter à vos hôtes, vous pouvez amener avec vous quelques objets représentatifs de votre pays. Une carte, un CD avec l’hymne nationale, des habits traditionnels de votre région, des jeux, des photos ou encore des petits cadeaux souvenirs que vous pourrez offrir ou échanger.
Vous pouvez aussi apporter des recettes et faire découvrir votre cuisine – a condition de trouver les bons ingrédients. Faites découvrir des herbes aromatiques locales ou une boisson méconnue à l’étranger…
Si vous participez à une mission de bénévolat avec des enfants, vous pouvez apporter des cahiers de coloriage représentant des monuments connus de chez vous ou des CD avec des chansons pour enfants… Laissez vous guider par votre imagination mais sans surcharger vos bagages!

Hôpitaux et numéros d'urgences

Hospital Antonio Lorena
Address: Plazoleta Belén 1358.
Description: Assistance in case of accidents and diseases, general and intern medicine enquires and emergencies.
Emergency Telephone. 22-6511
Telephones. 22-6511 / 22-9616 / 24-5218

Hospital Regional del Cusco
Address: Av. de la Cultura s/n.
Description: Assistance in case of accidents and diseases, intern and general medicine enquires, emergencies.
Emergency Telephone 22-3691
Telephone: 51-84-227661 / 23-1131
En cas de maladie ou de problème, ne restez pas seul, et ne paniquez pas. Prenez contact avez le coordinateur ou votre famille d’accueil et parlez en. Ils sont là pour vous aider et vous assister.

Ambassade de France au Pérou
27 Lima
Tel : +51 1 215 84 00
Courriel : france-chancellerie@ambafrance-pe.org
Site Web : http://www.ambafrance-pe.org/-Francais-

Décalage horaire avec la France

GMT-5 de janvier à avril, GMT -4 pendant l’été. Les dates exactes varient d’année en année. 

 

Comment partir au Pérou avec Globalong?  

Prendre des cours d espagnol au Perou avec GlobAlong

En savoir plus sur Globalong

Combiner cours d espagnol et benevolat avec GlobAlong

Charte du volontaire international - Globalong

Témoignages Globalong

Le Service Volontaire International - Globalong

 

L association Globalong

 

  Revenir à la page d'accueil 

 

Accueil