Volontariat international au Nicaragua - bien se préparer !

Tout savoir sur le Nicaragua

 

Le Climat en Afrique du Sud Fetes et jours fériés en Afrique du Sud comment s habiller en Afrique du Sud
La culture en Afrique du Sud Les coutumes en Afrique du Sud Moyens de transport en Afrique du Sud Tabac et drogues en Afrique du Sud
Les horaires en Afrique du Sud - heures d ouverture Moyens de paiement, argent en Afrique du Sud Prises électriques en Afrique du Sud Pourboires en Afrique du Sud
Echange culturel en Afrique du Sud Urgences en Afrique du Sud Heure, décalage horaire Afrique du Sud Liens utiles Globalong en Afrique du Sud
 


L'histoire du Nicaragua en bref !

A l’époque pré colombienne, des peuples d’Amérique centrale et d’Amérique Latine s’installent au Nicaragua, notamment les Mayas, descendus du Mexique et les Lencas, venus de l’actuelle Colombie.
En 1502, Christophe Colomb passe le long des côtes des Caraïbes, où s’est établie la tribu des Mosquitos. En 1519, le conquistador Gil Gonzáles de Avila convertit de force les tribus indigènes au Christianisme, dont celle du chef indien Nicarao-Cali (qui donnera son nom au pays). En 1523, le conquistador Fernández de Cordoba (qui donnera son nom à la monnaie du pays) fonde les villes de Granada et de León. Sous la gouvernance de Pedro Arias Dávila, le Nicaragua fait face à deux problèmes majeurs : les maladies importées par les Espagnols déciment la population indigène tandis que les indiens survivant à la pandémie sont réduits à l’esclavage et conduits au travail forcé dans les mines de Potosi.

Pendant des siècles, les villes situées le long des rives du lac Nicaragua sont attaquées par des pirates venant des Caraïbes. Pendant la période coloniale, le Nicaragua est rattaché à la Capitainerie Générale du Guatemala, puis est temporairement intégré au Mexique et au Costa Rica. En 1838, le Nicaragua gagne son indépendance et devient une République. L’instabilité politique refait surface et l’Américain William Walker envahit le pays et prend le pouvoir en 1855. Une résistance s’organise et Walker est destitué. S’ensuivent des années de conflit entre libéraux et conservateurs, de révolution et de guerre civile (appelée guerre des Contras). Deux figures politiques d’influence sont assassinées en 1934 (Augusto César Sandino, le chef des guérilleros, qui avait combattu l’occupation américaine, venu signer une déclaration de paix est abattu de deux balles dans le dos par la Garde Nationale) et en 1956 (le général Somoza, un dictateur au pouvoir depuis 1936, est assassiné par un poète et compositeur nicaraguayen) ainsi que l’éditeur du journal national la Prensa, en 1978. Pendant plusieurs décennies, la guérilla met le pays à feu et à sang. Des catastrophes naturelles (tremblement de terre, ouragan et intempéries) dévastent certaines villes du Nicaragua en 1972 et en 1998. L’économie du pays se relance malgré tout.

Le Nicaragua est entouré par la mer des Caraïbes à l'est, l'océan Pacifique à l'ouest, le Costa Rica au sud, et le Honduras au nord. Il occupe une superficie de 129 494 km² dont 120 254 km² de terres. Le pays compte environ 5,8 millions d'habitants. Le Nicaragua est un pays relativement montagneux. Les plaines côtières (Caraïbe et Pacifique) s'élèvent progressivement vers la chaîne centrale (sédimentaire), où culmine le Mogoton (2 438 m). Les plus hauts sommets se situent au nord, près de la frontière avec le Honduras. Le sud du pays, à la frontière du Costa Rica, est marécageux. Situé sur une zone tectonique active, le pays est souvent secoué par des tremblements de terre et des éruptions de ses nombreux volcans, dont une dizaine sont actuellement en activité.

Le climat au Nicaragua

Le climat est tropical, donc chaud et humide - avec une saison des pluies qui s’étend de mai à octobre dans la partie ouest et dure jusqu’au mois de janvier sur la côte caraïbe - avec des pluies violentes, des typhons et des inondations fréquentes. La meilleure saison est entre février et avril, pendant la saison sèche : les températures sont alors comprises entre 30 et 35°C. Le climat est cependant assez différent d’une région à l’autre. L’ouest du pays est légèrement plus propice à une découverte, quelle que soit la période.

Comment s'habiller au Nicaragua?

Apportez des vêtements pour un climat tropical : le coton ou la soie sont les plus confortables (le lin est trop lourd et trop chaud). Après le coucher du soleil, nous vous conseillons de privilégier les couleurs claires, des manches longues, des pantalons et des chaussettes pour vous protéger des moustiques. Préférez les chaussures fermées aux sandales.

Fêtes et jours fériés au Nicaragua

  • 1er janvier : Nouvel an
  • 29-30 mars : Pâques
  • 1er avril : Assomption
  • 1er mai : Fête du travail
  • 19 juillet : Fête de la Libération
  • 14 septembre : Victoire de San Jacinto
  • 15 septembre : Indépendance du Nicaragua
  • 8 décembre : Immaculée Conception
  • 25 décembre : Noël

La culture au Nicaragua

Les arts
Au cœur de l’identité culturelle et artistique du pays, la poésie demeure un art apprécié de tous. Les deux quotidiens les plus lus proposent un supplément littéraire chaque vendredi et la plupart des Nicaraguayens peuvent vous réciter des vers entiers écrits par des poètes nationaux, dont le célèbre Rubén Darío, l’un des plus grands écrivains du pays. D’autres poètes engagés mêlent art et message politique.
La musique est présente dans la vie quotidienne des Nicaraguayens, qui écoutent de la salsa ou du merengue tout au long de la journée, y compris dans l’espace public. Vous vivrez donc au son des guitares et des marimbas pendant votre séjour au Nicaragua !
Les danses folkloriques sont également très populaires. Vous pourrez assister à des spectacles lors des « fiestas patronales » (fêtes patronales).
L’artisanat et l’art sont présents au Nicaragua depuis la période précolombienne (céramiques et sculpture sur pierre) tandis que la peinture fait son apparition à l’époque coloniale. Le muralisme se développe dans les années 30 : des fresques murales aux messages politiquement engagés voient le jour aux quatre coins des grandes villes du pays. Certaines ont été détruites dans les années 1990 après la chute du régime sandiniste.

 
La religion
La religion prédominante au Nicaragua est le Christianisme. Teintées de touches locales, les célébrations religieuses et la décoration des églises offrent une palette impressionnante.
La fête religieuse la plus importante au Nicaragua, célébrée le 8 décembre, s’appelle La Purísima. Une semaine entière de festivités est dédiée à la Vierge Marie.
De nombreuses croyances populaires sont basées sur des mythes, légendes et contes issus du folklore local.

 
La cuisine
La cuisine nicaraguayenne est à la fois influencée par la cuisine espagnole et la cuisine créole. Le plat national est le gallo pinto, mélange de riz frit et de haricots rouges cuits dans du bouillon et agrémentés d’épices. Les Nicaraguayens en mangent tous les jours, servi avec des œufs ou des tortillas de maïs. On retrouve beaucoup de plats à base de pommes de terre, de bananes plantains, de noix de coco et de fruits de mer.
Dans les restaurants, vous pourrez goûter de nombreuses tapas, appelées   « bocas », et dans les rues, vous pourrez acheter des épis de maïs frits.
 
Les coutumes Nicaraguayennes

Les Nicaraguayens célèbrent les grandes occasions autour d’un bon repas. On y sert de la viande, souvent du steak appelé « lomo », que l’on réserve aux jours de fête car la plupart des familles au Nicaragua n’ont pas les moyens d’acheter de la viande régulièrement. La plupart des Nicaraguayens évitent de dire non quand on leur propose quelque chose à manger ou à boire. Cela serait considéré comme impoli.
Il est impoli de se déchausser lorsque vous participez à une réunion au Nicaragua. Au lieu d’utiliser leur index pour désigner une personne ou un objet, les Nicaraguayens utilisent… les lèvres ! Un « duck face » accompagné d’un hochement de tête n’est donc pas une invitation à embrasser cette personne ou à poser avec elle pour un selfie !

Comment bien s’entendre avec les Nicaraguayens ?

Les Nicaraguayens acceptent facilement les étrangers. Ils sont accueillants et apprécient que les visiteurs s’intéressent à leur culture et à leur patrimoine. Cependant, vous pouvez, avec ses quelques conseils, vous intégrer facilement. Afin de vous entendre avec les Nicaraguayens…

… ne leur dites pas comment gérer leur pays !

Les Nicaraguayens sont très patriotiques et n’apprécient guère que les étrangers considèrent leur pays comme « sous développé ». Afin d’éviter les problèmes ou situations embarrassantes, évitez de discuter de politique en public et ne participez pas à d’éventuelles manifestations. Ils ont le droit de gérer leur pays comme bon leur semble !

… soyez raisonnable et juste.

Si on vous demande un prix exorbitant au marché, ne soyez pas étonné(e). On s’attend à ce que vous marchandiez, et cela marche toujours mieux avec
De l’humour. Restez raisonnable, et n’essayez pas d’obtenir un tarif ridiculement bas. Négociez un tarif acceptable mais pas toujours le plus bas.

… ne vous énervez pas !

Peu importe à quel point une situation est frustrante, vous n’arriverez à rien si vous vous énervez.

… réfléchissez avant de vous plaindre.

Si un Nicaraguayen commet une erreur – avec le repas que vous avez commandé ou si votre linge est endommagé à la laverie – n’oubliez pas que si vous demandez à être remboursé(e) ou si vous refusez de payer, ce sera l’employé(e) qui sera directement sanctionné(e). Le patron prélèvera la somme de son salaire. Réfléchissez toujours aux conséquences de vos actes : le plus souvent, il s’agit de quelques centimes d’euros pour vous, mais cela représente peut-être une semaine de salaire pour l’employé(e).
ET SURTOUT, LE PLUS IMPORTANT :

… souriez et riez autant que possible !

La bonne humeur est le premier pas pour résoudre d’éventuels problèmes entre Nicaraguayens et étrangers. Gardez cela à l’esprit avant de vous énerver !

Se déplacer au Nicaragua

Les bus et les distances

Les bus vont partout. Parfois ils sont en piteux état, mais ce n’est vraiment pas cher et ils permettent d’entrer en communication avec la population. Connaître les distances en kilomètres n'est pas d'une grande importance pour celui ou celle qui visite le pays car les bus s'arrêtent plus ou moins souvent, les routes permettent une certaine vitesse en plaine, mais en montagne les transports sont lents. Si vous allez dans des zones reculées, vous circulerez sur des pistes, et là, la vitesse n'est plus de mise. Nous avons donc essayé d'indiquer chaque fois les temps de parcours.
Vous payez généralement durant le trajet. Vous avez donc le temps de demander le prix à votre voisin, même si on vous prendra normalement le même montant que tout le monde. Toutefois, attention à votre sac : si vous le mettez sur la banquette, on vous fera payer le prix pour une personne supplémentaire.
En plus des grands bus, qui s'arrêtent fréquemment, il existe un service de minibus appelés "interlocaux". Ils partent quand ils sont pleins et relient deux lieux sans s'arrêter. Ces minibus sont plus chers, mais bien plus rapides que les grands bus. Ils sont valables sur Managua-Leon-Chinandega, Managua-Masaya-Granada, Managua-Diriamba-Jinotepe et entre les pueblos blancos. Il y a aussi de grands bus "expresso" qui circulent sur certaines routes, mais ils sont peu nombreux. Ils sont plus chers également.

Les taxis

Ils sont nombreux et visibles de loin avec leur enseigne. Cela peut être aussi un moyen commode de se déplacer si vous voyagez à plusieurs. Renseignez-vous sur les prix avant (demandez à votre hôtel) et mettez-vous bien d'accord avec le chauffeur avant de partir. Attention, ils n'ont pas de compteur - marchandez ! Dans quelques endroits, il y a des taxis type rickshaw comme on en voit en Inde. Ce sont des scooters ou des vélos aménagés pour transporter 2 ou 3 passagers. Ils portent les noms de "motoneta".
A Managua, un service est apparu en 2017. Il s'agit de NicaDrive. C'est commode, pratique et sûr. Vous voyagez avec un conducteur privé. Chaque voyage est privé, le chauffeur ne prend aucun autre passager. Il faut réserver à l'avance, sur http://www.nicadrive.com, par téléphone au 2255-9011 ou par e-mail : reserve@nicadrive.com. Il y a plusieurs types de véhicules à disposition. Paxeos : taxis à la carte.

Le stop

Vous pouvez l'essayer, cela permet de mieux connaître les gens et le pays, surtout si vous parlez espagnol. Attention néanmoins : dans certaines zones du centre du pays, il y a très peu de trafic !
Les femmes voyageant seules devront faire attention.

Tabac, drogues et alcool, règlementation au Nicaragua

Pendant la durée du volontariat et dans votre logement d’accueil, il est strictement interdit de fumer, consommer de l’alcool ou des drogues.
L’alcool est interdit aux mineurs de moins de 18 ans et ne doit jamais être consommé dans les lieux publics en dehors des restaurants ou bars qui en vendent.

Horaires d’ouverture au Nicaragua

La plupart des banques et établissements officiels sont ouverts du lundi au vendredi de 8h-9h à 16h30-17h et le samedi de 8h-9h à 12h-13h.

Moyens de Paiement au Nicaragua

Le dollar américain est la devise de référence au Nicaragua. Il est même souvent accepté en lieu et place du córdoba, à un taux plus ou moins défavorable. Assurez-vous d’avoir des billets en bon état : dans le cas contraire, ils risqueraient d’être refusés. L’euro est changé à l'aéroport par la plupart des grandes banques de Managua par le réseau Banco de Finanzas (BDF) dans tout le pays et par quelques autres institutions au coup par coup. On change au choix dans les banques, les casas de cambio ou auprès des cambistas, des changeurs de rue assermentés (avec carte plastifiée officielle). Le taux offert par les derniers est légèrement meilleur, mais le risque plus grand... Mieux vaut changer en plein jour, sans se cacher (cette activité est légale) et éviter toute autre situation. Dans tous les cas, demandez des petits billets : ceux de 200 córdobas et plus sont difficiles à utiliser, les commerçants ayant rarement assez de monnaie.
Les cartes bancaires Visa, MasterCard et American Express sont désormais bien acceptées à Managua et dans les principales zones touristiques, ainsi que par la plupart des stations-service. C’est nettement moins vrai dans les petites localités, où le paiement en espèces reste roi.

Electricité au Nicaragua

Tension électrique : 110 V, 60 Hz, comme aux États-Unis. Les prises sont à deux broches plates. Prévoyez un transformateur et un adaptateur si nécessaire. Attention, les coupures sont régulières, surtout sur la côte caraïbe.

Pourboires au Nicaragua

Inconnu dans les comedores et autres cafetínes, il a fait son apparition dans des hôtels et restaurants de Managua et dans les zones touristiques, atteignant 10-15 % (à l’américaine). Certains établissements incluent directement ce pourboire à la note, mais il reste « optionnel » et vous pourriez fort bien refuser de le payer.
Si vous avez une voiture de location, une propina (pourboire) de 10-20 C$ au « gardien » du lieu vous évitera bien des désagréments (vols, rayures...).

Echange culturel au Nicaragua

Afin de comprendre la différence culturelle et de vous présenter à vos hôtes, vous pouvez amener avec vous quelque chose de représentatif de votre pays. Une carte, un CD avec l’hymne nationale, des habits traditionnels de votre région, des jeux, des photos. Vous pouvez aussi apporter des recettes et faire découvrir votre cuisine – à condition de trouver les bons ingrédients sur place. Faites découvrir des herbes aromatiques locales ou une boisson méconnue à l’étranger… Si vous participez à une mission avec des enfants, vous pouvez apporter des cahiers de coloriage représentant des monuments connus de chez vous ou des CDs avec des chansons pour enfants… Laissez-vous guider par votre imagination mais sans surcharger vos bagages !

Numéros d'urgences au Nicaragua

Hôpital Principal du Nicaragua :
Hospital Metropolitano Vivian Pellas
+505 2255 6900

Pompiers : 115 ou 911

Police ou gendarmerie : 118

Ambassade de France au Nicaragua :
(00 505) 2264 8970
(00 505) 8721 0154

Décalage horaire avec la France

Le Nicaragua est en retard de 7h sur l’Europe de l’Ouest en hiver et 8h en été. Ainsi, lorsqu’il est midi à Managua, il est 19h à Paris en hiver et 20h en été. La différence tient au fait que le Nicaragua n’applique pas l’heure d’été.

Comment partir au Nicaragua avec GlobAlong?

Le Service Volontaire International - Globalong

Ecovolontariat au Nicaragua avec GlobAlong

Charte du volontaire international - Globalong

En savoir plus sur Globalong

L association Globalong

Témoignages Globalong

Retour à la page d'accueil

 

Accueil