Volontariat international à Madagascar - bien se préparer !

Découvrir Madagascar avec GlobAlong

Le Climat en Afrique du Sud Fetes et jours fériés en Afrique du Sud comment s habiller en Afrique du Sud
La culture en Afrique du Sud Les coutumes en Afrique du Sud Moyens de transport en Afrique du Sud Tabac et drogues en Afrique du Sud
Les horaires en Afrique du Sud - heures d ouverture Moyens de paiement, argent en Afrique du Sud Prises électriques en Afrique du Sud Pourboires en Afrique du Sud
Echange culturel en Afrique du Sud Urgences en Afrique du Sud Heure, décalage horaire Afrique du Sud Liens utiles Globalong en Afrique du Sud
 

L'histoire de Madagascar

Madagascar est un pays multi culturel, mais aussi très contrasté de par ses origines. Madagascar est un mélange diversifié entre l’Asie et l’Afrique. L’histoire raconte que les premiers habitants de l’île venaient d’Asie tandis que les africains sont arrivés plus tard. Après que l’île se soit fait colonisée par les Merina (ethnie malgache), les français ont tenté de venir en aide aux Malgaches, et, libérer cette grande île.

Madagascar est aussi une île contrastée au niveau de ses paysages. Au Nord-Est s’étendent de grandes forêts humides et verdoyantes où on trouve une flore variée, avec des orchidées, de la vanille ou d’autres arbres fruitiers tels que les bananiers. Ces panoramas verdoyants s’opposent à ceux du Sud de l’île qui se rapprochent plus des scènes de l’Afrique Australe.  En effet le décor est semblable au « bush » avec de vastes plaines dorées. Le centre de l’île, aussi appelé « Hautes terres centrales » est couvert de rizières sculptées dans les collines.

Madagascar, aussi appelé l’île rouge, est un territoire qui a longtemps été contrasté par les différentes ethnies et royaumes qu’il abritait notamment celui des Merina.

C’est au 5ème siècle avant Jésus-Christ que tout a commencé à Madagascar selon les dires de certains scientifiques, mais ce n’est qu’au 2ème siècle que tout commence réellement, car c’est à ce moment là que des peuples indo-malais arrivent sur l’île pour la première fois. L’histoire raconte que la culture Malgache est influencée par deux continents bien différents : l’Asie et l’Afrique. Vers 1500, les troupes européennes ont débarqué sur l’île alors que Marco Polo ainsi que d’autres cartographes arabes connaissaient cette terre  bien avant les peuples européens. Premièrement colonisé par les Portugais, la Hollande ainsi que la Grande Bretagne, ils ont tous tenté de conquérir cette nouvelle île en vain. Ce sont finalement les Français qui ont réussi à s’implanter jusqu’à ce que leur dévolu ne se pose sur l’île Bourbon et que Jacques Pronis créa la compagnie française des Indes orientales. L’enjeu pour toutes ces nations était de faire de Madagascar une escale pour les navires partant en direction des Indes. En 1674, la France décida de quitter Madagascar en direction de la conquête de nouvelles îles de l’Océan Indien.

Au fil du temps, les ethnies et les communautés se créèrent à Madagascar et toutes ont cherchées à étendre leur territoire. C’est aux Merina que reviendra le privilège d’être l’ethnie la plus puissante de l’île. De père en fils, et à force de conquête, l’ile deviendra dans sa quasi-totalité un territoire Merina. Radama 1er  , un roi Merina réalisa donc le vœu de son père en faisant que son territoire n’ait pour unique frontière, l’Océan. C’est à ce moment là que Madagascar s’ouvre au commerce européen et Radama signa un traité avec la Grande Bretagne stipulant l’interdiction de l’esclavage. Les personnalités se succédèrent très vite au pouvoir, les rois et les reines accédèrent au trône, les colonisateurs y sont revenus et la Grande Bretagne reconnut la souveraineté de la France sur Madagascar. Ces deux grandes puissances ont donc fini par se partager deux îles de l’Océan Indien, Madagascar revenait à la France tandis que Zanzibar revenait à la Grande Bretagne. Mais la France attendra le 6 Août 1896 pour que Madagascar devienne officiellement une colonie française.

Les Malgaches ont fini par se révolter contre la France et les colonisateurs autour de 1947, et sont devenus une république autonome au sein de la communauté française d’outre-mer en 1960. Cependant, les Français gardent le contrôle de toutes les institutions commerciales et financières du pays dans le cadre d’un accord de coopération. Une partie de la population de l’île rouge a alors souhaité couper les ponts avec l’occident et a demandé au « père de l’indépendance » Mr Tsiranana, de se rapprocher de l’union soviétique. Ce dernier refusa et ouvrit le dialogue avec l’Afrique du Sud. La popularité du président commence progressivement à s’effriter, tout comme le bilan financier du pays. Alors que Madagascar est un des plus gros producteurs de riz, ils sont dans l’obligation d’en importer pour pouvoir se nourrir. En 1972, le Sud du pays se révolte comme l’a fait le reste de l’île quelques années avant et poussent le président à démissionner et à transmettre son pouvoir au Général Ramanantsoa.

L’ouverture de Madagascar au libéralisme suite à une nouvelle élection n’améliorera pas le bilan économique du pays. Les « gros acteurs» de l’économie tels que le FMI et la banque mondiale s’imposent et demandent à l’île de procéder à un réajustement structurel impliquant la privatisation des entreprises publiques. Cela ne résoudra rien, les prix subissent une inflation, et Madagascar restera un des pays des plus démunis au monde avec de la pauvreté, de la corruption, une politique nationale instable et surtout, une dépendance considérable aux autres nations.

Après une nouvelle élection en 2002, Ravalomanana est élu, bien que le peuple soit sceptique puisqu’il est un natif de l’ethnie Merina, Ravalomanana a mené sa politique comme il se doit et souhaitait développer Madagascar en commençant par la réhabilitation des routes. En quelques années, ce nouveau chef du gouvernement a réussi à dynamiser un pays qui pendant longtemps est resté inactif et impuissant. Une nouvelle fois élu, Ravalomanana tourne son nouveau programme politique sur l’économie du pays en oubliant l’aspect social. Le pays est finalement en pleine croissance, mais il ne se développe pas, bien qu’une classe moyenne apparaisse, les plus démunis sont laissés de côté.

En 2009, un nouveau président du nom de Rajoelina prend le pouvoir après avoir lancé la révolution orange contre Ravalomanana, mais les troubles persistent, l’économie du pays tombe en lambeau puisque les aides internationales ne prêtent plus main forte au gouvernement.

Hery Rajaonarimampianina est élu en 2013 pour un mandat de 5 ans au suffrage universel et dirige actuellement le pays.

Le climat à Madagascar

Le climat de Madagascar reste nuancé, le pays ne connaît que deux saisons, une saison chaude et humide de Novembre à Avril et une saison plus sèche, mais plus fraîche, de Mai à Octobre.

L’île est caractérisée par une différence de climat importante entre le Nord et le Sud  à cause des différences d’altitude du pays et de son orientation. La côte Est de l’île ainsi que ses versants et la pointe de Nord du pays, sont les plus touchés par la pluie. La partie Sud de l’île, reste sèche la quasi-totalité de l’année.

Pendant la saison sèche (l’hiver), les températures vont de 30°C sur les côtes à 25°C sur les hauts plateaux. En ce qui concerne les sommets, la température peut descendre jusqu’à -15°C. Dans la capitale, la température peut descendre jusqu’à 0°C (la nuit) en Juillet/Août. 

Août et Septembre restent les deux meilleures périodes pour se rendre à Madagascar et réaliser une période de bénévolat international, mais le temps est quand même assez favorable pour  pouvoir partir le restant de l’année.

La saison cyclonique commence à la mi-décembre et finit à la mi-avril, mais c’est entre janvier et mars que Madagascar a le plus de risque d’être touché par des cyclones. La côte Est et les pointes du Nord et Sud sont les endroits les plus touchés généralement. La côte Ouest reste ensoleillée et très agréable. Un cyclone est juste caractérisé par de fortes pluies.

Comment s'habiller à Madagascar?

Les conseils qui suivent ne sont pas des consignes strictes, mais des mises en garde pour que vous vous sentiez à l’aise parmi la population locale. Les Malgaches sont en général pudiques et en tant que volontaire qui allez vivre en immersion avec la population locale pendant le prochaines semaines, il faut que vous respectiez leur mode de vie et donc que vous habilliez de manière adéquate. Il est préférable que vous portiez des vêtements amples qui cachent au maximum votre corps.

En toute circonstance, nous déconseillons les hauts sans manches (pas de débardeur), ainsi que les shorts parmi la population locale. La population rurale se sent à l’aise dans des pantalons larges. Les femmes devraient toujours porter un soutien gorge, et éviter les décolletés. Il est inapproprié de se baigner sein-nu à Madagascar.

Si vous partez en excursion et notamment dans les hauts plateaux, veillez à prendre des vêtements chauds car il peut faire jusqu’à -15°C même pendant la saison sèche.

Fêtes et jours fériés à Madagascar

Les institutions privées et publiques respectent les jours fériés, ils ne travaillent donc pas ce jour là voir même à partir de la veille. Les banques notamment ferment l’après-midi qui précède le jour férié.

  • 1er Janvier 2018: Jour de l’An
  • 8 Mars 2018: Journée internationale de la femme
  • 29 Mars 2018: Martyrs de l'insurrection
  • 02 Avril 2018: Pâques
  • 29 Mars 2018: Journée commémorative des morts des évènements de 1947
  • 1er Mai 2018: Fête du Travail
  • 10 Mai 2018: Ascension
  • 15 Mai 2018: Début du Ramadan
  • 21 Mai 2018: Lundi de Pentecôte
  • 14 Juin 2018: Fin du Ramadan
  • 26 Juin 2018: Fête nationale de l’indépendance
  • 15 Août 2018: Assomption
  • 1er Novembre 2018: Toussaint
  • 11 Décembre 2018: Jour de la république de Madagascar
  • 25 Décembre 2018: Noël
  • Du 20 Décembre au 5 Janvier 2018: Noël
  • Du 17 Février au 6 Mars 2018: Eté Austral
  • Du 21 Avril au 8 Mai 2018: Automne Austral 
  • A partir du 5 Juillet 2018: Fin d'année scolaire

La culture à Madagascar

En tant qu’étranger à Madagascar, votre entourage vous quémandera souvent des cadeaux ou de l’argent. Ne laisser pas leur demande affecter l’amitié que vous leur portez. Ils tentent juste leur chance avec quelqu’un qu’ils considèrent comme plus riche qu’eux.

Les informations suivantes sont là pour vous éviter des malentendus avec la population, vous intégrer plus facilement et ainsi profiter pleinement de votre séjour.

Madagascar est un mélange de cultures asiatiques et africaines. Comme expliqué précédemment, on retrouvera la culture asiatique à travers les rites funéraires, mais aussi dans la culture du riz. Puis ensuite, viennent les traditions africaines dans la vie malagasy : tenues, religion, importance du bétail etc.

Le culte des ancêtres

Les Malgaches croient en l’existence d’un dieu créateur qui s’appellerait « Zanahary » ou « Andriamanitra ». Pour pouvoir communiquer avec ce dieu, ils s’adressent donc plutôt à leurs ancêtres qui, pourraient être susceptibles de l’avoir connu. Les ancêtres sont les médiateurs entre le monde des vivants et le monde surnaturel.

Les relations  malgaches et « vazahas »

Souvent, vous entendrez dans la rue des personnes vous disant « vazaha » (prononcé vasa)  pour attirer votre attention. Ce terme qui au début désignait « pirates » signifie aujourd’hui « étranger » ou « blanc ». Cette façon de nous interpeller n’est pas vraiment discriminante, mais ce statut de « blanc » renvoie à un statut de « richesse ». Les malgaches sont très accueillants bien que certains puissent être très timide au début.

Les fadys (interdits et tabous)

Les fadys sont des règles et interdits qui régissent la vie des Malgaches et qui ont pour but de ne pas offenser les ancêtres. A leur naissance, les malgaches reçoivent leur fadys individuel et s’ils viennent à désobéir au devin-astrologue qui leur souscrit ces interdits, alors, ils se verront exposer à une punition.

Lorsque vous irez dans des temples religieux ou sur d’autres lieux de culte, il faut être vigilant, car les fadys diffèrent selon la région, et il est parfois strictement interdit de rentrer sur des lieux de recueil (comportant des tombeaux notamment).

Le famadihana, célébration ancestrale

Le famadihana est une célébration qui s’étale sur deux jours permettant aux familles du défunt d’être une dernière fois en contact avec ce dernier pour qu’il puisse ensuite rejoindre sa dernière demeure. Peu de temps après l’enterrement, le mort est exhumé et lavé puis enveloppé dans un nouveau linge. C’est une sorte de second enterrement qu’on appelle le retournement des morts. Pendant deux jours, la famille s’empresse de lui faire des offrandes, de lui chanter des chansons et de lui parler. Ces célébrations sont faites pour que la famille puisse faire un deuil, mais aussi pour qu’elle puisse se souvenir du défunt.

La lamba, tenue traditionnelle

Les différentes ethnies de Madagascar ont quelques points communs comme leurs habits notamment. En effet, que ce soit les Mérina des hauts plateaux (situés dans le centre du pays) ou les Sakalava et les Antakàrana, tous se couvrent d’un tissu en soie, tissu synthétique ou coton et enroulée autour de leurs épaules et de leurs têtes avec un coin du tissu qui pend vers le bas. En fonction de la couleur de la lamba, les significations ne sont pas les même. Une lamba rouge reflètera le pouvoir des ancêtres, une lamba dont le coin pendant se situe sur le côté droit de la tête signifiera que la personne qui le porte est en deuil (peu importe la couleur du tissu).

Dans les tribus telles que les Sakalava ou les Antakàrana, la lamba aux couleurs vives leur servira d’habit traditionnel mais aussi de linge pour porter leurs bébés ou jeunes enfants. Les hommes eux portent la lamba autour de la taille ou des épaules avec un chapeau de paille ou un chapeau en forme de cône en fonction de la tribu.

La musique Malgache

La musique fait partie intégrante de la vie des Malgaches, chaque ethnie à sa propre musique traditionnelle. Le pays s’ouvre progressivement à la musique occidentale également.

La langue Malgache

Le Malgache est la langue nationale du pays, et est aussi une richesse culturelle importante pour sa population. Le français est également pratiqué, le pays étant une ancienne colonie française. La majorité de la population peut communiquer avec les visiteurs francophones.  L’anglais est aussi devenue une des langues officielles du pays, mais le Malagasy reste la langue nationale qui ne tombera jamais en désuétude.

Prendre un repas

Les bonnes manières à table sont quasiment les mêmes qu’en Europe, mais si vous avez un doute, observez les autres et faites comme eux. Quand vous êtes invité, attendez qu’on vous attribue une place afin de ne pas vexer quelqu’un dans l’hiérarchie.

En général, le plus âgé s’assoit en premier, et c’est aussi lui qui commence à manger en premier, veillez à respecter cette coutume.

La plupart des Malgaches prononcent une prière avant de la manger. Veillez à attendre la fin de celle-ci avant de commencer votre repas.

Manger fait partie de la culture

Du petit déjeuner au dîner, le riz s’incruste dans la plupart des plats malgaches. Chacun peut l’assaisonner à son goût. On y ajoutera des haricots et parfois de la viande de zébu ou du porc, du poisson et des légumes comme la salade d’achar et d’autres fruits frais.

Si quelqu’un que vous connaissez vous invite à manger ou vous propose de gouter quelque chose, il serait malpoli de refuser. Goutez au moins un petit morceau.

Le sens de la famille est très important

Les femmes traditionnelles ont généralement beaucoup d’enfants, et on considère la stérilité comme une punition. A ce moment là, le devin imposera prières et sacrifices pour que la femme puisse éventuellement tomber enceinte.

Les coutûmes à Madagascar

Il y a des coutumes dans certains pays émergeants qui diffèrent des nôtres, et le fait de les connaître à l’avance permet d’éviter des situations embarrassantes ou gênantes.

  • Ne montrez pas d’affection pour le sexe opposé en public, même si vous êtes en couple ou mariés
  • Donnez des objets avec les deux mains
  • Ne pointez pas du doigt, utilisez votre main
  • Ne reposez pas vos mains sur vos hanches
  • Ne touchez pas les gens sur l’épaule
  • Ne touchez pas les personnes du sexe opposé si elles ne vous tendent pas la main
  • Ne portez pas de vêtements courts (shorts, jupes etc.) à part à la plage
  • Les personnes de sexe opposé ne se serrent jamais la main
  • La parole est très importante, ne promettez jamais quelque chose sans être sur de pouvoir tenir vos promesses
  • Montrez vous modeste et amical envers la population locale
  • Respectez les personnes âgées ainsi que la hiérarchie`Parlez d’une voix neutre et amicale, car toute hausse de voix est considérée comme agressive
  • Soignez votre apparence, les vêtements délavés ou déchirés ne sont pas à la mode, et vous serez considéré comme quelqu’un de sale et très pauvre si vous en portez.

Comment bien s’entendre avec les malgaches ?

… ne leur dites pas comment gérer leur pays !

Bien que la plupart des malgaches ne soient pas politiquement engagés, ils sont très patriotiques et n’apprécient guère que les étrangers considèrent leur pays comme « sous développé » ou critiquent le système. De plus, leur pays a été de nombreuses fois colonisé. Le concept des droits de l’homme comme nous le connaissons dans l’occident n’est pas toujours applicable ou aussi simple que l’on pense. Afin d’éviter les problèmes ou situations embarrassantes, évitez de discuter de politique en public et ne participez pas à d’éventuelles manifestations. Ils se sont battus pour obtenir l’indépendance, et ils ont le droit de gérer leur pays comme bon leur semble !

… ne vous attendez pas à retrouver vos codes de politesse habituels !

Parfois, vous aurez l’impression que les malgaches sont malpolis ou désagréables, mais c’est juste une différence culturelle. Ne fixez pas quelqu’un, cette personne pourrait penser que vous ressentez de la pitié ou bien même que c’est un affront.

… soyez raisonnable et juste.

Si on vous demande un prix exorbitant au marché, ne soyez pas étonné. L’on s’attend à ce que vous marchandez, et cela marche toujours mieux avec de l’humour. Restez raisonnable, et n’essayez pas d’obtenir un tarif ridiculement bas. Beaucoup de malgaches sont extrêmement pauvres – certains marchands ne gagnent que quelques euros par semaine ! Négociez un tarif acceptable, mais pas toujours le plus bas.

… ne vous énervez pas !

Si vous vous énervez, vous perdrez la face, et le respect de l’autre ! Peu importe à quel point une situation est frustrante, vous n’arriverez à rien si vous vous énervez. Gardez à l’esprit que notre « le client est roi » ne s’applique absolument pas à Madagascar. Se plaindre de façon agressive résultera le plus souvent dans l’indifférence de votre interlocuteur.

… réfléchissez avant de vous plaindre.

Si un malgache commet une erreur – avec le repas que vous avez commandé ou si votre linge est endommagé à la laverie, n’oubliez pas que si vous demandez à être remboursé ou si vous refusez de payer, c’est l’employé qui sera directement sanctionné. Le patron prélèvera la somme de son maigre salaire. Réfléchissez toujours aux conséquences de vos actes, le plus souvent il s’agit de quelques euros pour vous, mais cela représente peut être une semaine de salaire pour l’employé.

… ne soyez pas malpoli !

Faites attention à vos gestes. Le contact physique entre deux personnes et seulement accepté quand deux personnes se connaissent bien. Les malgaches sont au courant des différences culturelles, mais seront tout de même offensés par des couples qui s’embrassent ou se touchent en public.

ET SURTOUT, LE PLUS IMPORTANT :

… souriez et riez autant que possible !

La bonne humeur est le premier pas pour résoudre d’éventuels problèmes entre malgaches et étrangers. Gardez cela à l’esprit avant de vous énerver

Moyens de transport à Madagascar

Il est facile de se déplacer à Tana mais il y a des bouchons pendant les heures de pointe.

Les taxi-brousse sont lents et peu confortables, mais ils restent le mode de transport le plus populaire de Madagascar et surtout un des moins cher. Ils peuvent fréquemment tomber en panne, mais le voyage est inoubliable. Les enfants et la volaille ne comptent pas comme des passagers et le bus s’arrête souvent pour récupérer des passagers. Ce mode de transport est toujours utilisé, mais progressivement, les mini-bus plus récents prennent la relève. Evitez d’utiliser un taxi-brousse pour les trajets nocturnes qui souvent sont les plus longs. Préférez faire une escale et ensuite, reprendre un taxi-brousse le lendemain.

Les tuk-tuks ont gagné en popularité en remplaçant les célèbres pousse-pousse. En règle générale, le tarif est de 500A le jour et 1000A pour les trajets de nuits. Les conducteurs de tuk-tuks n’hésiteront pas à vous proposer un tarif plus élevé, tentez de le négocier. 

Antananarivo dispose de plusieurs compagnies de transport public cependant, ces bus sont très longs, souvent pleins et ne vous déposeront pas à l’endroit voulu tandis que les tuk-tuks et taxis sont plus rapides et vous conduisent là où vous l’avez demandé.

Dans la capitale se trouve aussi, un grand nombre 2CV et 4L qui servent de taxi et qui semblent prêtes à rendre l’âme à chaque fois que le conducteur prend une montée pour rejoindre la haute ville. Les taxis ne sont pas équipés de compteur, il vous faut donc négocier le prix de la course avant de monter dans la voiture.

Les non-résidents ne peuvent pas conduire à Madagascar. Même s’ils souhaitent louer une voiture, le chauffeur sera automatiquement imposé avec. De plus, conduire à Madagascar n’est pas de tout repos, bien que les conducteurs soient de plus en plus disciplinés, les accidents de la routent sont nombreux.

Les forces de polices contrôlent souvent les voitures sur la route pour vérifier que les conducteurs ne sont pas en infraction. Gardez toujours vos papiers d’identités sur vous en cas de contrôle.

Méfiez vous car toutes les voitures de location ne sont pas habilitées à la location. Avant de signer la location, demandez à l’agence, la patente de voiture de louage et les papiers de la voiture.

Si vous vous êtes engagé pour la mission de bénévolat dans l’orphelinat/centre d’accueil ou dans le centre de réinsertion pour jeunes filles, demandez l’aide du coordinateur local pour organiser votre retour à l’aéroport à la fin de votre mission (non compris dans les dons de participation). Pendant votre temps libre à Madagascar, vous pourrez partir en excursion, pensez à consulter le coordinateur local ainsi que d’autres tours opérateurs afin de trouver la proposition la plus intéressante pour vous !

Horaires à Madagascar

Les bureaux sont généralement ouverts du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00 et de 14h00 à 16h00. Les services publics ouvrent aussi le samedi matin mais sont fermés les samedis après midi, les dimanche et les après-midi de veille de jour fériés. Les magasins eux sont ouverts et font une pause entre 11h00 ou 11h30 jusqu'à 15h00.

Banques et argent à Madagascar

Vous pouvez changer l’argent dans les banque ou les bureaux de change mais ne changez pas dans la rue! Le dollar américain et l’euro sont largement acceptés par les banques malgaches. Dans les petits magasins il est préférable de payer en ariary. Si vous payer en euros, ils vous rendront la monnaie en ariary (1$ = 3 422 ariary). Dans les grands magasins il est possible de payer par carte bancaire.

Les cartes de crédit (VISA, Mastercard) sont généralement acceptées dans les grandes villes, mais ne comptez pas dessus dans les zones rurales. Avant de partir d’Antananarivo, retirez du liquide ou changez vos euros pour être sûr.

Tabac, drogue et alcool à Madagascar

Pendant la durée du volontariat et dans votre logement d’accueil il est strictement interdit de fumer, consommer de l’alcool ou des drogues.

Electricité à Madagascar

L’électricité à Madagascar est de 220Volts. Si vous avez un appareil, qui n’accepte pas le 220V, il vous faudra un convertisseur. Voici un dessin de la prise standard à Madagascar :

Pourboires à Madagascar

Les pourboires permettent aux gens qui travaillent de compenser pour leur salaire bas. Mais ne vous sentez pas obligé de laisser des pourboires, cela reste un moyen de récompenser un bon service.

Echange culturel à Madagascar

Afin de comprendre la différence culturelle et de vous présenter à vos hôtes, vous pouvez amener avec vous quelque choses représentatives de votre pays. Une carte, un CD avec l’hymne nationale, des habits traditionnels de votre région, des jeux, des photos ou encore des petits cadeaux souvenirs que vous pourrez offrir ou échanger.

Vous pouvez aussi apporter des recettes et faire découvrir votre cuisine – à condition de trouver les bons ingrédients sur place. Faites découvrir des herbes locales ou une boisson méconnue à l’étranger…

Si vous participez à une mission avec des enfants, vous pouvez apporter des cahiers de coloriage représentant des monuments connus de chez vous ou des CDs avec des chansons pour enfants… Laissez vous guider par votre imagination mais sans surcharger vos bagages!

Hôpitaux et numéros d'urgence à Madagascar

Centre hospitalier de Soavinandriana

Téléphone : 22 397 51, 032 07 230 30

Rue Moss, Soavinandriana

Antananarivo

Institut Pasteur de Madagascar

Ambatofotsikely, Tananarive 101, Madagascar

Site Pasteur: https://www.pasteur-lille.fr/accueil/

Numéros d’urgence

Police : 17, 117

Pompiers : 18, 118

Commissariat central de Tsaralalàna : 22 357 09, 22 227 35

Ambassade de France : 22 398 98, 22 399 16

Décalage horaire avec la France

GMT+3 = 2heures de plus que Paris en hiver, 1 heure de plus en été.

Comment partir au Kenya avec Globalong?

 

Bénévolat social à Madagascar avec GlobAlong

 

En savoir plus sur Globalong

 

Eco volontariatauprès à Madagascar avec GlobAlong

Témoignages Globalong L association Globalong Le Service Volontaire International - Globalong
 
Charte du volontaire international - Globalong

Retour à la page d'accueil

Accueil