Volontariat international en Nouvelle-Zélande - bien se préparer !

Tout savoir sur la Nouvelle-Zélande avec Globalong

 

Le Climat en Afrique du Sud Fetes et jours fériés en Afrique du Sud comment s habiller en Afrique du Sud
La culture en Afrique du Sud Les coutumes en Afrique du Sud Moyens de transport en Afrique du Sud Tabac et drogues en Afrique du Sud
Les horaires en Afrique du Sud - heures d ouverture Moyens de paiement, argent en Afrique du Sud Prises électriques en Afrique du Sud Pourboires en Afrique du Sud
Echange culturel en Afrique du Sud Urgences en Afrique du Sud Heure, décalage horaire Afrique du Sud Liens utiles Globalong en Afrique du Sud
       

L'histoire de la Nouvelle-Zélande en bref !

L’histoire de ce pays est l’une des plus courte du monde car il s’agit d’un des derniers territoires à avoir été découvert par l’homme. Les Maoris sont les premiers à avoir découvert la Nouvelle-Zélande entre 1050 et 1300 suivis de loin par les Européens qui n’y ont mit les pieds qu’en 1642. Abel Tasman est le premier européen à avoir posé les pieds en Nouvelle-Zélande en 1642. Navigateur et explorateur hollandais du XVIIe siècle, il a donné son nom à la Tasmanie. De 1788 à 1840, les îles de Nouvelle-Zélande font officiellement partie de la Nouvelle-Galles-du-Sud, le territoire devient par la suite une colonie britannique à part entière le 6 février 1840 qui est le jour de la fête nationale néo-zélandaise avec la signature du traité de Waitangi. La Nouvelle-Zélande devient indépendante le 26 septembre 1907 et accède à la pleine souveraineté en 1947 avec la ratification du Statut de Westminster de 1931. Elle maintient de forts liens avec le Royaume-Uni, ainsi qu'avec l'Australie. 

Le climat en Nouvelle-Zélande

Le climat de la Nouvelle-Zélande est un climat tempéré, océanique sur la majeure partie du pays avec des températures variant de 0°C à 31°C. Les conditions climatiques varient beaucoup selon les régions, de très humide dans la région de West Coast sur l'île du Sud à semi-aride dans le bassin de Mackenzie de l'intérieur du Canterbury et subtropical humide au Northland. Des principales villes du pays, Christchurch est la plus aride, ne recevant que 640 mm de précipitations par an, tandis qu'Auckland, la plus humide, reçoit presque le double. Auckland, Wellington et Christchurch ont toutes une moyenne annuelle de 2 000 heures de soleil.

Comment s’habiller en Nouvelle-Zélande?

Les conseils suivants ne sont pas des consignes strictes, mais des mises en garde pour que vous vous sentiez à l’aise parmi la population locale. La météo a la réputation de varier si souvent que l'on constate parfois quatre saisons dans une même journée. Cela peut sembler un peu inquiétant, mais il n'en est rien. Il suffit de superposer plusieurs couches de vêtements très légers que l'on ajoute ou enlève facilement. Nous vous conseillons de prendre avec vous : de quoi vous couvrir la tête en cas de fort soleil, des pulls car les matinées et soirées sont souvent fraîches et des chaussettes chaudes comme moins chaude. S’il vous manque quoi que ce soit, vous pourrez bien évidement acheter le nécessaire sur place.

Fêtes et jours fériés 2018 en Nouvelle-Zélande

• 1er Janvier 2018: Nouvel an
• 2 Janvier 2018: Lendemain du nouvel an
• 6 Février 2018: Waitangi Day (fête nationale)
• 30 Mars 2018: Vendredi Saint
• 02 Avril 2018: Lundi de pâques
• 25 Avril 2018: Anzac Day (commémoration des soldats morts pendant la 2ème guerre mondiale)
• 04 Juin 2018: Anniversaire de la reine
• 22 Octobre 2018: Fête du travail
• 25 Décembre 2018: Noël
• 26 Décembre 2018: Lendemain de Noël
• 13 au 29 Avril 2018: Vacances de Pâques
• 7 au 22 Juillet 2018: Vacances d'été
• 29 Septembre au 14 Octobre 2018: vacances
• A partir 20 Décembre 2018: Vacances de Noël (pendant 5 à 6 semaines)

La culture en Nouvelle-Zélande

Les informations suivantes sont là pour vous éviter des malentendus avec la population, vous intégrer facilement et ainsi profiter pleinement de votre séjour.
Les Maoris, n'ont pas de culture écrite, c'est à travers des chants et des danses qu'ils gardent la trace de leur histoire. 

Culture maorie

Les mythes communs à tout le monde polynésien, dont sont issus les Maoris, racontent comment le demi-dieu Maui aurait pêché l’île du Nord du fond des océans et comment son canoë pétrifié serait devenu l’île du Sud.
D’autres histoires décrivent l’arrivée de Kupe, le premier Maori, depuis Hawaiki, terre sacrée que certains assimilent à l’île de Raiatea (près de Tahiti). C’est lui qui nomme cette immense terre Aotearoa (« le pays du long nuage blanc »). Bientôt, d’autres hommes et femmes le rejoignent : l’histoire de la Nouvelle-Zélande se confond désormais avec les Maoris. Les historiens confirment la légende, en situant les migrations vers l’an 1000.
Au fil du temps, les colons développent leurs propres règles sociales, leurs propres formes d’art et de pensée. Ils se regroupent en familles étendues, les whanau (prononcer fanau), et en iwi, des tribus dont les ancêtres communs auraient voyagé à bord d’un seul et même canoë.

Au quotidien, les dieux et leurs intermédiaires, prêtres et castes supérieures, imposent leurs lois à travers un système complexe de tapu (tabous).
Peu à peu, l’augmentation de la population, en particulier sur l’île du Nord, voit les conflits s’étendre et les Maoris devenir des guerriers redoutables. Une victoire est l’occasion pour les chefs d’étendre leur sacro-saint mana, leur puissance spirituelle, et celui de leur tribu. Les premiers explorateurs européens en font l’amère expérience, certains d’entre eux finissant sur le bûcher (des vanités) et goûtant au cannibalisme à leurs dépends…

Arts et artisanat

Les arts maoris sont ceux de tous les peuples polynésiens, revisités par une tradition locale millénaire : chant, danse et tatouage. Chant et danse, intimement liés, avaient (et ont encore dans une certaine mesure) vocation à compter l’histoire des ancêtres, les migrations, les exploits des héros disparus, la puissance de leur mana, la beauté des filles de jadis, des paysages, la force des dieux et la peur qu’ils inspirent.
Typiquement néo-zélandais, le haka, rendu célèbre par les rugbymen des All Blacks, était à l’origine une danse de guerre, aussi mis en scène pour tester les réactions de visiteurs inconnus et impressionner d’éventuels ennemis.

On peut aussi assister à l’esthétique poi dance, au cours de laquelle les danseurs « jonglent » avec de petites balles attachées à une ficelle. Primordial dans le passé, presque abandonné, et aujourd’hui en plein renouveau, le moko, le tatouage traditionnel, est aussi une pratique polynésienne. Réalisé par étapes au cours d’une vie, il en résume en quelque sorte le cours, avec ses hauts-faits, permettant au statut de chacun, et surtout des chefs, de s’afficher aux yeux de tous. On croise à nouveau aujourd’hui des Maoris au moko facial très impressionnant.
Cette mode fleurit aussi sur les peaux blanches des non Maoris. Et les jeunes diplômés de fac sont fiers d’arborer des tenues traditionnelles à la place des chasubles noires portées par les étudiants.
Source : Le routard

Sport

Le sport occupe une place importante dans la culture néo-zélandaise, avec notamment le rugby et les fameux « All Blacks », l’équipe nationale de Nouvelle-Zélande la plus titrée au Monde, connue pour son célèbre « Haka » ( danse guerrière traditionnelle maorie).

Religion

La religion dominante en Nouvelle-Zélande est le christianisme mais la Nouvelle-Zélande compte également des hindouistes, des musulmans et des juifs.

Coutumes Néo-Zélandaises

Le mode de vie des Néo-Zélandais ressemble à celui des habitants de n’importe quel pays occidental, version anglo-saxonne. L’influence britannique reste patente à certains niveaux : pubs, bière, passion du rugby, du cricket et du yachting, jeu de boules, écoliers en uniforme, scones et tea time. Sans compter un système politique rigoureusement calqué sur celui en vigueur à Londres.

L’identité néo-zélandaise s’est néanmoins affirmée au fil du temps, surtout depuis la dernière guerre et avec l’immigration non-anglophone en provenance d’Europe du Sud et d’Asie. Longtemps négligé voire rejeté, l'héritage maori connaît aujourd’hui une renaissance certaine, affirmée en particulier par la musique et le tatouage. Reste qu’entre les anciens, traditionalistes, et les jeunes Maoris des villes, le fossé s’est creusé, remettant en cause certaines transmissions ancestrales.

Comment bien s’entendre avec les Néo-Zélandais ?

Les néo-zélandais sont accueillants et chaleureux, ils acceptent facilement les étrangers. Cependant, vous pouvez, avec ces quelques conseils, vous intégrer plus facilement.

Afin de vous entendre avec les néo-zélandais…

… Ne leur dites pas comment gérer leur pays !

Bien que tous les néo-zélandais ne soient pas politiquement engagés, ils sont très fiers de leur indépendance qu’ils ont acquise très tôt par rapport à d’autres pays. Afin d’éviter les problèmes ou situations embarrassantes, évitez de discuter de politique en public et ne participez pas à d’éventuelles manifestations. Ils se sont battus pour obtenir l’indépendance et ils ont le droit de gérer leur pays comme bon leur semble !

… Ne vous énervez pas !

Si vous vous énervez, vous perdrez la face, et le respect de l’autre ! N’oubliez pas que vous n’êtes pas chez vous et qu’ils sont chez eux. Se plaindre de façon agressive résultera le plus souvent par de l’indifférence de la part de votre interlocuteur.

ET SURTOUT, LE PLUS IMPORTANT :

... souriez et riez autant que possible !

La bonne humeur est le premier pas pour résoudre d’éventuels problèmes. Gardez cela à l’esprit avant de vous énerver !

Se déplacer en Nouvelle-Zélande

Le bus

La compagnie la plus importante est InterCity, présente sur les 2 îles. L'Intercity Flexi-Pass permet de voyager sur l’ensemble des 2 réseaux pendant un an avec d'importantes réductions. Le pass se recharge comme une carte téléphonique. Tarifs : 119 NZ$ pour 15h de trajet, 156 NZ$ pour 20h, etc. Il existe aussi des pass régionaux ou nationaux avec itinéraire prédéterminé : le Travelpass propose 4 itinéraires en bus sur chacune des 2 îles, incluant la liaison en bateau entre les 2 îles. Tarifs : de 695 à 1 219 NZ$ (tarifs de base, hors réduction pour les backpackers). Citons aussi Naked Bus, aux tarifs intéressants mais qui fait des arrêts assez longs en cours de route.
Autre option : les backpacker buses, qui proposent leurs propres pass et fonctionnent un peu à la manière d’excursions en groupes, avec arrêts-visites en cours de route. Les trajets peuvent durer ainsi plusieurs jours, avec hébergement prévu en chemin. On quitte le groupe quand on le souhaite et on attend le suivant.

Attention, les réservations sont impératives en été. Formule intéressante dans les zones mal desservies par les autres compagnies, comme sur la West Coast (sur l'île du Sud). C'est l’occasion de faire des rencontres, mais ne vous attendez pas à beaucoup de calme… Parmi ces bus pour routards, citons Kiwi Experience et STA Travel.

De nombreuses petites compagnies locales proposent des liaisons point à point entre des villes spécifiques ou vers les parcs nationaux, par exemple.

Le train

Le réseau privé Kiwi Rail Scenic Journeys est confortable et assez rapide, mais il est peu étendu et les tarifs sont assez élevés.
• La ligne Northern Explorer, au nord, relie Wellington à Auckland.
• La Coastal Pacific, au sud, fait Christchurch-Picton.
• La TranzAlpine, au sud toujours, fait Christchurch-Greymouth.
Il existe un système de pass (Scenic Rail Pass), et des tarifs spéciaux intéressants en hiver.

La voiture

La conduite est à gauche. Vitesses maximales autorisées : 100 km/h sur les routes, 60 ou 70 km/h à l’approche des agglomérations, et 50 km/h en ville. Le réseau est en bon état. Les routes sont assez lentes : beaucoup de collines et de montagnes et peu d’autoroutes au programme. Ça vous donnera le temps de voir voleter les papillons… Dans les coins reculés, pas mal de routes ne sont pas goudronnées, mais elles restent bien entretenues. La signalisation est de bonne qualité. Les contrôles sont fréquents, les excès de vitesse et l'alcoolémie au volant (80 mg/100 ml de sang) sanctionnés par de lourdes peines.

Le permis de conduire national est reconnu pendant un an ; au-delà, il faudra passer le code néo-zélandais. Les locations sont un peu chères. Si on loue une voiture, mieux vaut vérifier que le contrat de location autorise la circulation sur les voies non goudronnées. Si l’on reste plusieurs mois, on peut toujours envisager d’acheter un véhicule pour le revendre en fin de séjour, mais ce n'est pas toujours évident...

Le camping-car

Autre option pour ceux qui voyagent en groupe : le campervan, de son nom local, allie flexibilité et économies sur les hôtels. À en juger par le nombre de camping-cars qui sillonnent les routes néo-zélandaises, c’est l'un des modes de voyages favoris sous ces cieux. Bon, évidemment, plus il est gros et confortable, plus il consomme et pollue …

Le stop

La Nouvelle-Zélande est un pays plutôt sûr et ses habitants sont amicaux; le stop s’y pratique avec pas mal de succès. Reste que cela devient assez difficile lorsqu’on s’éloigne des grands axes. Patience...

Le vélo

Les Néo-Zélandais sont des fous de sport et le vélo ne fait pas exception à la règle : on croise un peu partout des cyclistes surchargés sous le poids de leurs bagages pédalant avec concentration le long d’un interminable faux plat. Ceux que ne rebute pas cette introduction adoreront la Nouvelle-Zélande : la faible circulation, la beauté des paysages et l’abondance de sites où camper (sauvagement ou non) en font un vrai paradis du cycliste au long cours. On trouve des locations un peu partout, mais on peut aussi très bien apporter sa petite reine avec soi.

Le Ferry (Cook Strait Ferry)

Deux compagnies relient Wellington (sur l'île du Nord) à Picton (sur l'île du Sud) en 3h30 de trajet : Bluebridge (compter 53 NS$ la traversée pour un piéton, 173 NS$ avec une voiture), et Interislander (65 NS$ la traversée pour un piéton, et 208 NS$ avec une voiture de catégorie A). La navigation dans les Marlborough Sounds (avant d’arriver à Picton) est somptueuse !

Source : Le routard

Tabac, drogues et alcool, règlementation en Nouvelle-Zélande

Pendant la durée du volontariat et dans votre logement d’accueil il est strictement interdit de fumer, consommer de l’alcool ou des drogues.
L’alcool est interdit aux mineurs de moins de 18 ans et ne doit jamais être consommé dans les lieux publics en dehors des restaurants ou bars qui en vendent. 

Horaires d’ouverture en Nouvelle-Zélande

Les horaires de bureau sont généralement du lundi au vendredi de 9h à 17h.
Les magasins ouvrent souvent une demi-heure de plus (jusqu’à 17h30) en semaine, ainsi que le samedi ou le dimanche matin de 9h à 12h30. Dans les grandes villes, les nocturnes (jeudi ou vendredi), restent ouvertes jusqu'à 21h.
Les supermarchés et les épiceries de quartier (dairies) ouvrent généralement tous les jours (sauf le jour de Noël) jusqu’à 20h ou 21h, parfois même 24h/24.
Les banques sont ouvertes du lundi au vendredi (sauf les jours fériés) de 9h à 17h, certaines ouvertes quelques heures le samedi
.

Moyens de Paiement en Nouvelle-Zélande

La monnaie est le dollar néo-zélandais. Les billets, en polymère (plastifiés) comme en Australie, existent en coupures de 100, 50, 20, 10 et 5 NZ$. Il existe 5 pièces différentes : 10, 20 et 50 c, 1 et 2 NZ$.
1 € = 0,67 NZ$

Cartes de crédit :
La carte bancaire est le meilleur moyen de paiement à l’étranger. Les cartes Visa et MasterCard sont acceptées partout, contrairement à l’American Express ou la Diner’s Club. Elles comportent en plus une assurance qui coure le voyageur durant son séjour, y compris dans certains cas pour les voitures de location (mais en aucun cas les camping-cars ou dérivés).
Banques : les plus grandes banques néo-zélandaises - ANZ, ASB, Bank of New Zealand, National Bank of New Zealand - possèdent des succursales dans tout le pays, équipées de distributeurs automatiques accessibles 24h/24.

Les chèques de voyage
Ils sont sûrs, remplacés en cas de vol, et leur taux de change est en général plus favorable que celui des devises. Reste que, malheureusement, il n’en existe pas en dollars néo-zélandais. Ceux qui y tiennent en prendront en dollars australiens. Petit conseil : changez ou encaissez vos chèques de voyage dans les bureaux American Express ou Thomas Cook qui ne prélèvent aucune commission sur leurs propres chèques. Sinon, comparez les commissions bancaires qui peuvent largement varier selon les banques.

Electricité Nouvelle-Zélande

L’électricité en Nouvelle-Zélande est 230V ; 50Hz. Les appareils électroniques européens nécessitent un adaptateur pour être utilisés. Voici le type de prises acceptées en Nouvelle-Zélande : Vous pouvez soit amener votre adaptateur, soit en acheter un sur place.

Pourboires en Nouvelle-Zélande

En Nouvelle-Zélande, il n’est pas d’usage de donner des pourboires, sauf dans certains grands restaurants (jusqu’à 10 % de l’addition, selon le service).

Echange culturel en Nouvelle-Zélande

Afin de comprendre la différence culturelle et de vous présenter à vos hôtes, vous pouvez amener avec vous quelque chose de représentatif de votre pays. Une carte, un CD avec l’hymne nationale, des habits traditionnels de votre région, des jeux, des photos.
Vous pouvez aussi apporter des recettes et faire découvrir votre cuisine – à condition de trouver les bons ingrédients sur place. Faites découvrir des herbes aromatiques locales ou une boisson méconnue à l’étranger…
Si vous participez à une mission avec des enfants, vous pouvez apporter des cahiers de coloriage représentant des monuments connus de chez vous ou des CDs avec des chansons pour enfants… Laissez-vous guider par votre imagination mais sans surcharger vos bagages !

Numéros d'urgences en Nouvelle-Zélande

Police nationale : 111
Ambassade de France en Nouvelle-Zélande :
Sovereign Building - 13e étage - 34-42 Manners Street PO Box 11343
6142 Wellington
Tel : +64 4 384 25 55

Décalage horaire avec la France

La Nouvelle-Zélande est en avance de 11h (pendant l'hiver austral) ou 12h (pendant l'été austral) sur la France. Le pays observe l’heure d'été (+ 1h) de fin octobre à début mars

Comment partir en Nouvelle-Zélande avec Globalong?  

En savoir plus sur Globalong

Ecovolontariat en Nouvelle Zélande avec Globalong

Le Service Volontaire International - Globalong

Témoignages Globalong

L association Globalong

Charte du volontaire international - Globalong

     

Revenir à la page d'accueil 

Accueil