Osez changer de vie, Mesdames !  

Voyager solo pour une période de volontariat international peut faire hésiter, surtout quand on est une femme.

Peur de l’inconnu, peur du danger, peur de se sentir seule… Pourtant, cette démarche de plus en plus populaire est bien souvent à l’origine d’expériences inoubliables si vous avez envie de changer de décor, de découvrir d’autres cultures ou de vous rendre utile… C’est aussi une occasion en or pour faire une pause, pour faire le point et pour vous retrouver !

Personne dans votre entourage avec qui partir ? Pas de problème ! Ce n’est pas ça qui va vous empêcher de vous lancer dans l’aventure ! Après tout, mieux vaut voyager seule que mal accompagnée, non ?

Surtout que lorsque l’on s’engage sur un projet humanitaire, on n’est jamais vraiment seul(e).

Comment savoir si le voyage solo est fait pour vous ?

Si vous avez très envie de vous lancer mais que l’idée de partir seule à l’autre bout du monde vous effraie un peu, prenez le temps de bien réfléchir à ce qui vous freine réellement.

La peur du danger ?

Les médias ne présentent pas toujours une image très sereine des voyages solidaires hors des sentiers battus.
Si la prudence est de mise (chez soi comme ailleurs, ceci dit), voyager à l’étranger ne rime pas automatiquement avec insécurité, fort heureusement !
L’essentiel est d’observer votre nouvel environnement, de vous adapter aux us et coutumes locales, de vous écouter et de faire confiance à votre instinct afin de définir des limites.
Si le fait de traverser une ruelle mal éclairée ne vous inspire rien, restez dans une rue plus fréquentée ! Acceptez des invitations seulement quand vous vous sentez à l’aise… comme vous le feriez chez vous !

La peur de l’inconnu ?

Le voyage enrichit s’il est basé sur le partage. 

De ce fait, vous devez vous ouvrir aux autres et ne surtout pas vous replier sur vous-même si vous sentez que le choc culturel vous gagne. 

Allez au contact des autres voyageurs et des populations locales afin de profiter pleinement de votre voyage : ce serait dommage d’avoir fait le premier pas pour ensuite vous priver de découvertes et de rencontres inattendues.

Veillez cependant à respecter les us et coutumes locales.

Par exemple, si certaines activités ne sont pas mixtes dans le pays que vous visitez, vous pourrez alors plutôt vous joindre à un groupe de femmes.

La crainte de vous sentir seule et de vous ennuyer ?

Si vous optez pour une mission de bénévolat humanitaire à l’international, vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer ! Entre les activités sur votre lieu de projet, les visites et les activités pendant votre temps libre, votre programme sera rempli d’expériences enrichissantes. Les rencontres avec les populations locales (qui accueillent en grande majorité les bénévoles avec beaucoup d’enthousiasme et de bienveillance) sont un atout majeur des programmes de bénévolat à l’étranger.

Loin de vous retrouver « dans votre bulle », vous serez au contact direct des communautés de la région où vous avez choisi de vous engager. De plus, vous aurez l’opportunité d’échanger avec les autres volontaires internationaux venus des quatre coins du monde. A vous aussi de vous créer des opportunités pour faire ces belles rencontres. Si vous allez vers les autres, vous n’avez pas de souci à vous faire : vous serez bien entourée !

Quelques idées pratiques qui vous faciliteront la vie une fois sur le terrain :

Pensez à faire un bilan médical avant votre départ et à renouveler vos ordonnances si vous suivez un traitement médical : vous pourrez toujours trouver des médecins et des pharmacies sur place mais pas forcément sur votre lieu de projet (notamment si vous vous trouvez dans un milieu rural dans un pays en voie de développement). De cette façon, vous partirez l’esprit plus tranquille.

Pensez à apporter des produits d’hygiène et d’hygiène intime (coupe menstruelle/tampons/serviettes hygiéniques, gel hydroalcoolique, lingettes, papier toilette/mouchoirs, shampooing sec etc.) dans vos valises, afin d’être prête à tout : vous n’aurez pas forcément accès aux mêmes conditions sanitaires selon votre lieu de projet et vous devrez vous adapter !

Emportez une petite bouteille d’eau réutilisable : 

vous n’aurez pas forcément des boutiques à tous les coins de rue là où vous serez, ainsi veillez à toujours avoir un peu d’eau sur vous afin de rester bien hydratée.

Alors, prête pour l’aventure ?

Si une expérience de bénévolat humanitaire en solo vous tente, sélectionnez un programme ici et rejoignez nos équipes locales !

Pour des conseils pratiques pour bien préparer votre voyage humanitaire, cliquez ici !

Pour des conseils pour mieux appréhender le choc culturel, cliquez ici !

Que penser de GlobAlong ?

2 commentaires pour “Voyager solo en mission humanitaire quand on est une femme : pourquoi il faut oser !”

  1. J’habite en Belgique et je voudrais m’inscrire.
    Comment on fait ?

  2. Bonjour Clara,
    Chaque année nous avons de nombreux étudiants Belge qui s’engagent avec Globalong.
    Tu trouveras toutes les modalités d’inscriptions sur notre site http://www.globalong.com
    Merci et à bientôt.

Laissez un commentaire

Avis Globalong – Avis, actualités, critiques, conseils et témoignages pour votre voyage solidaire